Quand des visons enterrés atteints de la Covid-19 remontent à la surface

En novembre 2020, des millions de visons d’élevage ont été abattus au Danemark à cause du Coronavirus. Les autorités danoises ont été contraintes de prendre cette décision après qu’un peu plus de 200 fermes aient observé des cas de Covid-19 chez leurs animaux. Elles ont rapporté des cas de contamination du vison vers l’Homme.

Au total, les autorités locales ont abattu environ 17 millions d’animaux. Certains d’entre eux ont été incinérés. D’autres ont été enterrés dans des zones militaires situées à l’ouest du Danemark. Aujourd’hui, on apprend qu’une partie des cadavres de ces visons sont remontés à la surface.

Image par Elliot Alderson de Pixabay
Image par Elliot Alderson de Pixabay

D’après les experts, cela est dû au gaz qui se forme lorsque leur corps se décompose.

Les autorités locales ont du souci à se faire

Lorsqu’ils ont eu vent de cette situation, les autorités danoises ont essayé d’arranger les choses en rajoutant de la terre sur les cadavres. Malheureusement, cela n’a pas marché. Et leur problème ne s’arrête pas là.

On sait que l’une des zones dans lesquelles les visons ont été enterrés se trouve à proximité d’un lac où les gens ont l’habitude de nager. Une autre est située à proximité d’une source d’eau potable. La population locale craint que la présence de ces cadavres n’entraîne une contamination des eaux.

Des cadavres qui seront brûlés

Les responsables ont dû trouver une solution pour se débarrasser des restes de ces visions. D’après le site Reuters, ils ont décidé de les déterrer afin d’éviter qu’ils ne remontent encore à la surface. Au total, les autorités devront se charger des cadavres de 4 millions de bisons. Une fois qu’ils auront déterré tous les restes, ils les incinèreront vers le centre énergétique de Maabjerg (MEC).

Le gouvernement danois prend très au sérieux les cas de contamination des visons. En novembre 2020, les experts ont découvert une forme de mutation du Coronavirus baptisée Cluster 5 chez ces animaux. Pour éviter une nouvelle transmission de ce virus chez l’Homme, les autorités locales ont décidé d’interdire l’élevage de visons jusqu’à janvier 2022.

L’année dernière, ces animaux ont contaminé 214 personnes au Danemark.

« Les cas étaient âgés de 7 à 79 ans, huit d’entre eux avaient un lien avec l’industrie de l’élevage de visons et quatre étaient de la communauté locale », a indiqué l’OMS.