Quand Donald Trump annonce avoir vendu des avions existant uniquement dans Call of Duty

Donald Trump a commis une énorme gaffe quand il annonce avoir vendu des avions n’existant que dans le célèbre jeu Call of Duty. Le soir du mercredi 10 janvier, le président des États-Unis c’est confondu en besogne en déclarant que les avions de guerre F-52 ont bien été livrés aux Européens. Des avions, qui cela va sans dire, n’existent pas encore.

Pour éviter toute sorte de confusion, Lockheed Martin, le fabricant des avions de l’armée américaine, a annoncé n’avoir vendu que des dix F-35 aux Norvégiens.

Toutefois, la firme n’a rien laissé paraître sur l’éventualité d’un nouvel engin ayant les mêmes traits que le F-52.

Quoi qu’il en soit, jusqu’à preuve du contraire, les avions cité par Donald Trump n’existent que dans le monde des gamers où les joueurs livrent un combat sans merci au-dessus d’un canyon.

Une erreur de lecture

Pour la défense du président, un journal américain affirme que ce dernier s’était trompé suite au communiqué qu’il a lu au moment du discours. Il se pourrait que Donald Trump se soit perdu en lisant la référence « 52-F-35 », confondant alors le chiffre des 52 avions à livrer au « F » de la référence, servant à désigner les avions de guerre fabriqués par les Américains.

En plus de passer du temps à jouer au golf et à regarder la chaîne Fox News, il se pourrait que Trump ait caché un faible pour les jeux vidéo.

Suite à ce communiqué, des rumeurs disant le président serait un fan du célèbre jeu ont commencé à s’ébruiter.

Un président dépassé par ses charges

Même si le communiqué peut sembler drôle pour certains, l’autre côté de l’Atlantique ne semble pas avoir le même avis. Les membres de la Maison Blanche n’ayant fait aucun commentaire, les critiques vont bon train contre le président américain. Trump serait déjà dépassé par ses charges et n’aurait ainsi de temps à consacrer que pour ses activités favorites.

Certains se plaignent ainsi de ne plus le voir à son bureau une fois 18h30 passé. Préférant de loin multiplier ses pauses au détriment de ses obligations, il semblerait que Monsieur le Président ne débute ses journées qu’à partir de 11 heure.

Gamers ou non, erreur de lecture ou non, il est indéniable que cette fois-ci, les États-Unis se sont bel et bien humiliés.