Quand Donald Trump, réécrit l’histoire de la Seconde Guerre mondiale

Le président américain Donald Trump est bien connu pour ses dérapages médiatiques. Mr President vient justement de nous gratifier d’une nouvelle boulette, cette fois concernant l’histoire.

En effet, Trump a déclaré que la grippe espagnole “a probablement mis fin à la Seconde Guerre mondiale”… Sauf que le conflit mondial a débuté près de deux décennies après la pandémie. Le président américain s’est également trompé sur la date du début de la pandémie : 1917 selon lui, alors que les premiers cas ont en réalité été signalés en 1918.

Crédits Pixabay

La grippe espagnole aurait mis fin à la Seconde Guerre mondiale

Mr Trump a fait ces déclarations lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche où il s’exprimait sur la pandémie actuelle de coronavirus qui a déjà fait plus de 163 000 morts aux États-Unis. Le président a profité de l’occasion pour souligner que la grippe espagnole avait contribué à mettre fin à la Seconde Guerre mondiale, qui a duré de 1939 à 1945.

“La chose qui s’y rapproche le plus est en 1917, disent-ils, non ? La grande pandémie qui fut une chose terrible où ils ont perdu entre 50 et 100 millions de personnes. Elle a probablement mis fin à la Seconde Guerre mondiale. Tous les soldats étaient malades.”, a déclaré Trump.

Le président Trump fait référence à la pandémie de grippe de 1918, communément appelée « grippe espagnole ». Le problème c’est que les premiers cas de cette pandémie remontent au début de 1918, et elle a duré jusqu’en 1920. Soit près de deux décennies avant le début de la Seconde Guerre mondiale.

Non, Trump voulait dire “Première Guerre mondiale” !

Un responsable de la Maison Blanche a déclaré plus tard au journal USA Today que M. Trump parlait plutôt de la Première Guerre mondiale. Sauf que la plupart des historiens ne citent pas la grippe espagnole comme ayant mis fin à la Première Guerre mondiale. La guerre a plutôt pris fin lorsque l’Allemagne a signé un armistice, après avoir subi des pertes considérables au combat qui basculait en faveur des Alliés.

Le président Trump n’a visiblement pas bien révisé ses cours d’histoire avant de faire son intervention !