Quand Facebook invoque la liberté d’expression pour défendre une page conspirationniste

Facebook a organisé une conférence de presse dans ses bureaux à Manhattan le 11 juillet 2018 pour se vanter de son engagement à lutter contre les fausses nouvelles et la désinformation.

Cependant, les responsables au sein du réseau social ont eu du mal à répondre aux questions des journalistes, surtout lorsque ces derniers ont invoqué le sujet d’InfoWars.

InfoWars est une organisation de médias connue pour être l’un des plus grands propagateurs mondiaux de théories du complot. Pourtant, malgré les prétentions de Facebook à lutter contre les fausses nouvelles et la désinformation, il est curieux de constater que cette organisation dispose toujours d’une page sur la plateforme.

Interrogés sur le sujet, les représentants de Facebook se sont cachés derrière l’argument de la liberté d’expression.

Les responsables de Facebook protègent encore InfoWars

Le 11 juillet 2018, le responsable du News Feed, John Hegeman, et la spécialiste des produits Facebook pour News Feed, Sara Su, ont fait une courte présentation sur les efforts menés par Facebook pour supprimer la désinformation et les fausses nouvelles de sa plateforme.

Ils ont ensuite répondu aux questions des journalistes.

Quand un journaliste a demandé aux responsables pourquoi Facebook permettait encore à InfoWars d’avoir une page sur le réseau social, Hegeman a répondu que l’organisation n’avait encore rien fait pour mériter sa radiation de Facebook. Il a également ajouté que Facebook a été créé pour être un endroit où tous les utilisateurs et éditeurs peuvent s’exprimer et exposer leurs différents points de vue.

InfoWars commence vraiment à poser problème à Facebook

Seulement, InfoWars est réputé pour diffuser toutes sortes de fausses informations et de théories conspirationnistes. L’organisation des médias a notamment suggéré que le massacre de Sandy Hook était un canular orchestré par des enfants acteurs.

Elle a également ciblé les étudiants ayant survécu à la fusillade de Parkland avec des attaques sans fondement en les dépeignant dans une vidéo comme étant des acteurs et non des victimes de cette tragédie.

La porte-parole de Facebook, Lauren Svensson, a écrit dans un courriel que Facebook regardait le cas d’InfoWars de très près. Elle a aussi déclaré que l’entreprise faisait tout son possible pour trouver l’équilibre entre encourager la liberté d’expression des utilisateurs et promouvoir une communauté authentique et sure.

Néanmoins, Facebook n’est pas le seul à être critiqué pour garder InfoWars dans sa plateforme. YouTube a également reçu de fortes réclamations concernant le groupe et prévoit de le bannir de sa plateforme s’il reçoit d’autres réclamations supplémentaires.

Mots-clés facebook