Quand Google Earth permet à un couple de découvrir des fossiles rares

Google Earth a déjà été à l’origine de plusieurs découvertes scientifiques par le passé, mais on lui doit désormais un nouveau coup d’éclat. Un couple originaire du Royaume-Uni a en effet mis au jour une collection de rares fossiles marins grâce à la solution de Google.

Neville et Sally Hollingworth habitent à Swindon, une ville anglaise située dans le Wiltshire et donc entre Londres et Bristol. Si le premier travaille comme chercheur associé pour l’école de géographie, de sciences de la terre et de l’environnement de l’Université de Birmingham, aucun d’entre eux n’a bénéficié d’une formation en paléontologie.

La photo d'un fossile
Image par Aryok Mateus de Pixabay

Cela ne les a cependant pas empêchés de faire une découverte capitale.

A lire aussi : Google Earth va bientôt vous permettre de voyager dans le temps sur Android

Une découverte réalisée à l’aide de Google Earth

Comme Neville Hollingworth l’a expliqué à l’agence de presse PA, tout a commencé au début de cette année. Le couple, qui se passionne pour la géologie locale était en train de survoler la région de leur ville avec Google Earth lorsqu’il a repéré une petite carrière isolée et difficile d’accès.

Intrigué, il a donc pris contact avec le propriétaire du site et il lui a demandé s’il leur donnait l’autorisation de se rendre physiquement sur place pour le visiter.

Ce dernier a accepté et le couple s’est donc rendu dans la carrière. En descendant au fond, il a alors remarqué que le sol se composant d’une couche d’argile et que de nombreux petits fossiles apparaissait à sa surface. Plus précisément des crinoïdes.

A lire aussi : Non, il n’y a pas de zombies dans Google Earth

Une carrière isolée

Avec l’autorisation du propriétaire des liens, le couple a donc prélevé une dalle et l’a ramenée à la maison pour la nettoyer. Neville et Sally ont alors eu la surprise de découvrir des fossiles de nénuphars, de crinoïdes, d’étoiles de mer et d’ophiures. Des fossiles présentant en outre un niveau de conservation proprement exceptionnel.

Après avoir daté ces fossiles, le couple a également découvert qu’ils avaient en moyenne 167 millions d’années.

S’il n’en est pas à sa première découverte, les deux passionnés avaient également mis au jour un crâne de mammouth quelques années plus tôt, ces fossiles les ont fortement impressionnés. D’après les premiers tests, il semblerait en effet que toutes ces créatures étaient vivantes au moment où elles ont été enterrées vivantes, ce qui explique leur exceptionnel état de conservation.

A lire aussi : Google Earth a sans doute sauvé la vie de cet homme

De nouvelles espèces identifiées

Une fois remis de leurs émotions, Neville et Sally ont pris contacte avec le Dr Tim Ewin, le conservateur principal en sciences de la Terre au British Natural History Museum. Ce dernier a pu obtenir un financement pour mener des fouilles sur le site et il a été à son tour surpris par le nombre de fossiles présents sur place.

Les fouilles sont actuellement toujours en cours. Les fossiles seront ensuite analysés et étudiés. Les chercheurs pensent néanmoins avoir identifié trois nouvelles espèces appartenant à la famille des étoiles à plumes, des ophiures et des concombres de mer.

Une découverte capitale, en somme, qui prouve une nouvelle fois que l’intérêt de Google Earth ne se limite pas à faire du tourisme à travers le monde.

Mots-clés googlegoogle earth