Quand Google Maps aide à arrêter un violeur

Google Maps a joué un rôle capital dans une enquête visant un violeur et son complice.

L’histoire remonte à l’année 2017. Une travailleuse de la santé âgée d’une trentaine d’années rentrait chez elle après son quart lorsqu’un inconnu l’a interceptée, armé d’un cutter et d’un marteau. Il l’a forcé à le suivre et la femme a été emmenée dans une camionnette de couleur sombre.

Crédits Pixabay

L’homme l’a alors violée pendant qu’un complice conduisait. La femme a ensuite été abandonnée au bord de la route.

Elle rentrait de son travail quand un homme l’a enlevée

Après avoir marché pendant plusieurs heures, elle a fini par atteindre un relai routier. Blessée, elle a supplié un camionneur d’utiliser son téléphone et elle a pu prévenir les forces de l’ordre.

La police a immédiatement tenté de retrouver les deux hommes, sans succès malheureusement. Les violeurs avaient disparu sans laisser la moindre trace et les chances de les retrouver étaient par conséquent extrêmement minces.

C’est là que l’histoire prend un tournant inattendu. La victime s’est en effet souvenue d’un détail crucial. Alors qu’elle se trouvait dans la camionnette, elle a aperçu un smartphone sur lequel avait été lancé Google Maps.

A lire aussi : Google Maps a supprimé la Route des Os après le décès d’un Russe

Le violeur avait lancé Google Maps sur son téléphone

Eric Draeger, un enquêteur spécialisé dans les nouvelles technologies travaillant pour le département de police du Milwaukee, a ainsi eu l’idée d’utiliser les informations affichées par la solution pour retrouver la trace des agresseurs.

Après avoir noté scrupuleusement chaque détail du trajet, il a présenté ses premières conclusions à son superviseur, qui lui a alors donné son aval pour pousser plus loin ses investigations. Draeger a alors contacté Erin Karshen, un procureur adjoint familier des enjeux inhérents aux nouvelles technologies et ce dernier l’a aidé à obtenir un mandat auprès d’un juge.

Draeger a ensuite contacté Google afin de tenter d’identifier le compte Google configuré sur le téléphone de la camionnette, en s’appuyant sur les données GPS affichées par Google Maps.

A lire aussi : Quand une erreur de code postal sur Google Maps t’empêche de recevoir des pizzas pendant trois ans

Grâce à Google, les enquêteurs ont pu identifier le violeur

A l’époque, c’est un employé de l’unité de conformité juridique de la firme qui lui a répondu. Après lui avoir confié qu’il ignorait si sa demande était techniquement possible, il lui a assuré de tout mettre en oeuvre pour répondre à sa demande. Quelques jours ont passé et l’entreprise est revenue vers lui en lui disant qu’un seul compte Google correspondait aux données indiquées.

Le violeur a alors été identifié. Les enquêteurs ont pu remonter jusqu’à lui et procéder à son arrestation. Voyant la police arriver, l’homme qui roulait sur une autoroute a arrêté son véhicule pour s’enfuir dans la forêt.

Les enquêteurs ont alors fait intervenir une brigade canine, qui n’a eu aucun mal à remonter sa trace. Le violeur a été arrêté pour agression sexuelle, enlèvement et vol à main armée. Son complice a été identifié dans la foulée et il a été condamné à vingt-cinq ans de prison. Le violeur, pour sa part, a été déclaré coupable des sept chefs d’accusation liés à l’attaque et le juge l’a condamné à plus de cent ans de prison.

Mots-clés googlegoogle maps