Quand Google Maps sert à suivre un gangster libéré sous caution

Google Maps semble avoir des vertus insoupçonnées. Preuve en est, un tribunal de Delhi a utilisé l’outil pour suivre tous les déplacements d’un gangster libéré sous caution. Une première !

La plupart des utilisateurs de la solution l’utilisent pour calculer des itinéraires ou trouver l’adresse de certains lieux. Mais Google Maps ne se limite pas à ses seules fonctions de navigation. L’outil est en effet très complet et il peut rendre de nombreux services.

Une main agrippée à un grillage
Image par Jose Antonio Alba de Pixabay

Et cela vaut également pour le plan judiciaire comme nous l’apprend ce surprenant rapport.

Google Maps à la place d’un bracelet électronique

A Delhi, un tribunal a en effet eu l’idée d’avoir recours à la solution de Google pour suivre un criminel libéré sous caution. Et s’assurer par conséquent qu’il respecte bien toutes les modalités de sa mise en liberté sous caution.

Le criminel en question travaillait pour le gang Manoj Morkheri et il a trempé dans plusieurs affaires. Jusqu’à ce qu’il soit arrêté par les forces de l’ordre indiennes et placé en détention.

Après avoir analysé son dossier, le juge en charge de l’affaire a finalement décidé d’autoriser sa mise en liberté sous caution, mais à une condition : qu’il active le service de partage de localisation sur son smartphone.

A lire aussi : Quand Google Maps devient un instrument d’oppression

Un criminel placé en liberté sous caution… mais avec le partage de localisation

Si vous avez déjà fouiné sur Google Maps, alors vous savez sans doute que l’application permet aux utilisateurs de partager leur localisation avec les personnes de leur choix. Grâce à cette fonction, il est par exemple possible de montrer à des amis ou aux membres de la famille où l’on se trouve pour qu’ils puissent avoir une idée de l’heure de notre arrivée.

Jusqu’à présent, cette option était surtout utilisée dans un cadre privé, et c’est précisément pour cette raison que la décision de ce juge a beaucoup surpris. A notre connaissance, c’est en effet la première fois que la fonction de localisation de Google Maps est utilisée pour suivre les déplacements d’un criminel placé en liberté sous caution.

A lire aussi : Ces lieux de Paris interdits sur Google Maps

Une décision incompréhensible

Mais surtout, cette décision soulève une question : cette fonction est-elle vraiment pertinente dans ce cadre d’usage ?

Contrairement à un bracelet électronique, cette mesure peut en effet être facilement détournée. Dans ce cas précis, le criminel n’aura qu’à confier son téléphone aux soins d’un complice pour échapper à la vigilance des forces de l’ordre.

On ne peut donc pas dire que ce soit une idée très judicieuse au final.

Mots-clés googlegoogle maps