Quand Google Street View permet à un stalker de trouver l’adresse de sa cible

Hibiki Sato a la vingtaine bien entamée et il habite actuellement à Tokyo. Sans emploi, il a développé durant ces derniers mois une véritable obsession pour une star de la pop locale, une certaine Ena Matsuoka. Une obsession qui l’a conduit récemment à franchir la ligne rouge.

S’il ne s’agit pas franchement d’un cas isolé – le stalking est devenu une pratique relativement courante – c’est finalement la manière dont Hibiki Sato a opéré qui a le plus surpris les autorités.

stalking

Crédits Pixabay (image recadrée)

Pour retrouver et suivre sa victime, il s’est en effet appuyé sur des outils gratuits et mis à la disposition de tous.

Un stalker qui avait de la suite dans les idées

D’après le rapport de la police, Hibiki Sato a développé son obsession de manière progressive. À l’origine, il était simplement fan de la musique de la star, mais, très vite, il a aussi commencé à s’intéresser à la personne qui se cachait derrière.

Au fil des semaines, cette obsession n’a fait que grandir davantage et Hibiki s’est alors mis en tête de trouver le domicile d’Ena Matsuoka.

Pour se faire, l’homme n’a pas eu besoin d’aller chercher très loin et il s’est ainsi appuyé sur les photos mises en ligne par la star. En se basant sur leur contexte, mais aussi sur les reflets présents dans les yeux de cette dernière, Hibiki a réussi à identifier des endroits remarquables, comme des arrêts de bus, des bâtiments ou même de simples paysages.

Il ne s’est évidemment pas arrêté là et il a ainsi compilé toutes ces informations pour tenter de géolocaliser Ena Matsuoka en s’appuyant notamment sur Google Street View. La solution lui a en effet permis de se glisser virtuellement dans sa peau et d’identifier les endroits où ont été pris ses différents selfies.

En combinant toutes ces informations, Hibiki Sato a réussi à localiser l’immeuble où vivant la star. Domicile où il s’est présenté le 1er septembre.

Une agression qui aurait pu mal tourner

Caché dans les escaliers, l’homme a alors attendu que cette dernière rentre chez elle et il l’a attaqué par-derrière en lui couvrant la bouche avec un morceau de tissu. Il l’a ensuite emmené dans un recoin sombre et il l’a frappée avant de s’échapper.

La police a immédiatement ouvert une enquête. En analysant les images capturées par les caméras de surveillance, elle a rapidement réussi à identifier l’agresseur et ce dernier a été arrêté le 17 septembre. Il a alors avoué ses crimes, en expliquant tout son mode opératoire.

Comme le Hibiki Sato Asia One, ce n’est pas la première fois qu’une star de la J-Pop est agressé. En 2017, une chanteuse avait été poignardée à douze reprises par son stalker. Elle avait pourtant averti la police avant l’agression, mais personne ne l’avait prise au sérieux. Depuis, le Japon a révisé ses lois afin de permettre à la police de lutter plus facilement contre le cyber harcèlement.