Des travailleuses du sexe bloquées en Allemagne à cause de la fermeture des maisons closes

L’Europe fait actuellement face à une crise sanitaire sans précédent, suite à la propagation du coronavirus Covid-19. De nombreux pays ont donc placé leur population en confinement et c’est notamment le cas de l’Allemagne.

Cette décision a bien entendu de nombreuses répercussions sur le plan économique, mais également dans la vie des travailleuses du sexe comme nous l’apprend Reuters dans un de ses derniers communiqués.

Une photo érotique

Crédits Pixabay

Le Covid-19 est apparu à Wuhan en Chine, mais il s’est rapidement étendu à travers le monde. Le Vieux continent ne fait pas exception à la règle et plus de 40 000 décès sont ainsi à déplorer depuis le début de la pandémie.

Le Covid-19, une déferlante qui sème le trouble en Europe et dans le reste du monde

La France est d’ailleurs elle aussi rudement touchée. Comme l’indique le dernier rapport de la santé publique, 70 000 cas ont été recensés dans l’hexagone pour 8078 décès. Tels étaient du moins les chiffres arrêtés le 5 avril dernier. Le bilan s’est certainement alourdi depuis.

L’Allemagne est elle aussi touchée et les autorités du pays ont donc été obligées de prendre des mesures drastiques.

Les maisons closes, autorisées depuis au moins deux décennies là-bas, ont ainsi été contraintes de fermer leurs portes le mois dernier, au même titre que toutes les entreprises dont l’activité n’est pas jugée comme essentielle.

En prenant ces mesures, le gouvernement allemand espère en effet pouvoir freiner la propagation du virus. Les maisons closes étant des établissements où la promiscuité règne en maître, on comprend aisément ce qui l’a poussé à prendre de telles mesures.

Les travailleuses du sexe allemandes en danger

Néanmoins, cette décision a des répercussions directes sur la vie de toutes les travailleuses du sexe allemandes. Et même de toutes celles officiant sur le territoire allemand. Ce qui inclut également les prostituées venant des autres pays d’Europe.

Comme nous l’apprend Reuters, lorsque les maisons closes ont fermé, beaucoup de professionnelles du sexe se sont retrouvées sans emploi, certes, mais également sans toit au-dessus de la tête.

Le marché allemand étant ce qu’il est, beaucoup de maisons closes proposent en effet à leurs prostituées de les loger, en échange d’une certaine somme. Mais avec le confinement, les tenanciers de ces établissements ont été nombreux à rompre leurs engagements. Conséquence directe, de nombreuses travailleuses se retrouvent sans logement.

Et Reuters rappelle à juste titre dans son article que si les prostituées allemandes sont considérées comme des travailleuses indépendantes, avec toutes les obligations et tous les droits que cela comporte, beaucoup travaillent illégalement sur le territoire… ou ne connaissent pas leurs droits.

La situation est préoccupante et si de nombreuses associations locales se sont mobilisées, elles craignent que le confinement ne les empêche de venir en aide à celles et ceux qui en ont peut-être le plus besoin.

EDIT : Cet article traitait initialement d’un tout autre sujet, mais il se basait sur un site satirique et n’avait donc aucune valeur éditoriale ou informative. Nous avons ainsi choisi de le remplacer par un autre article. Toutes nos excuses pour la gêne occasionnée.

Mots-clés archéologie