Quand les anciens empereurs romains revivent en portrait grâce à l’IA

Pour Daniel Voshart, un artiste canadien féru d’arts graphiques, le confinement aura été très propice à la création. Ce dernier a en effet profité de son temps libre pour redonner vie aux 54 premiers empereurs romains avec des photos hyperréalistes.

Il s’est essentiellement appuyé sur les documentations disponibles et les représentations de bustes de ces icônes de l’Empire romain pour pondre ces portraits très convaincants. Voshart s’est en outre fait aider par ArtBreeder, un programme d’intelligence artificielle poussé, capable de gérer des données graphiques sur la base de la méthode GAN (Generative Adversarial Network).

Une sculpture représentant Jules César

Crédits Pixabay

D’après les résultats qu’on peut apprécier via le site de l’artiste, on peut dire que ces portraits revisités sont incontestablement un cran au-dessus des portraits d’empereurs romains qu’on a l’habitude de voir. Des rendus assez surprenants qui méritent un petit détour.

Un travail méticuleux dans lequel l’IA a eu sa place

Switchant notamment entre ArtBreeder et Photoshop, l’artiste s’appuie, comme on l’a indiqué, sur les représentations figurant sur des pièces de monnaie, des statues ou encore des peintures pour refaçonner les figures de ces personnages.

L’artiste retouche ensuite ces représentations visuelles en s’aidant des détails donnés par les descriptions historiques. Enfin, il utilise ArtBreeder pour restituer des imperfections que les artistes d’antan auraient soustraites dans le cadre de leurs œuvres pour donner à ces portraits d’empereurs romains une dimension plus réaliste.

Ainsi, Voshart a intégré quelques traits de personnages célèbres dans son processus de création. Pour l’exemple, avec le portrait de Maximinus Thrax, l’artiste a intégré des bases du visage du lutteur André Roussimoff, les deux personnages étant affectés du même trouble hypophysaire. Autre exemple avec le portrait de l’empereur Auguste où quelques traits de David Craig ont été incrustés.

À lire aussi : L’empereur Caligula avait aussi ses propres yachts de luxe

Une passion s’ouvrant sur de nouvelles perspectives

Selon Voshart via The Verge, dans le souci de rendre les reconstitutions aussi réalistes que possible, il a travaillé sur un seul personnage chaque jour durant le confinement. D’ailleurs, le travail du professionnel en VR reconverti s’est commercialisé plus vite qu’à son attente.

Suscitant le respect et l’intérêt des scientifiques, à travers ses portraits d’empereurs plus vrais que nature, l’artiste canadien tient à rappeler que ce projet est avant tout une production qui aidera les scientifiques travaillant dans le domaine de l’histoire. Un domaine qui lui tient à cœur.

Selon Voshart, son travail ne fut pas simplement de mettre en chair les statues, mais surtout de rendre leurs personnalités aux portraits. Il rajoute que le côté technique n’éclipse pas la passion pour autant. D’après ses propres mots, ce à quoi il s’est employé est « une interprétation artistique d’une interprétation artistique ».

C’est ici pour voir son travail.

À lire aussi : Une chambre cachée a été découverte dans le palais de Néron