Quand les chercheurs mettent à profit les satellites et l’IA pour… compter les éléphants

Pour la première fois, des éléphants qui se déplacent à travers un paysage complexe allant des herbes ouvertes aux forêts ont été repérés et comptés depuis l’espace à l’aide de satellites et d’une pincée d’IA.

La combinaison d’images à haute résolution, capturées à 600 km au-dessus de la surface de la Terre par les satellites Worldview 3 et 4, et d’un programme d’apprentissage informatique approfondi, a en effet permis de compter  les éléphants du parc national Addo Elephant en Afrique du Sud.

Crédits Pixabay

Normalement, ce travail minutieux se fait généralement depuis des avions volant à basse altitude et prend de nombreuses heures. Mais avec cette nouvelle technique associant imagerie satellitaire et intelligence artificielle aussi précise que l’œil humain pour repérer chaque éléphant, scruter une surface de 5 000 km2 peut maintenant se faire en seulement quelques minutes.

Une combinaison de techniques plus performantes pour compter les éléphants

Selon le World Wildlife Fund (WWF), on ne retrouve plus que 415 000 éléphants d’Afrique dans la nature. Cette nouvelle technique constitue alors l’élément clé pour assurer la survie de cette espèce en voie d’extinction qui figure d’ailleurs dans la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Pour sauver cette espèce, une surveillance précise consistant à localiser ces animaux et les compter est justement essentielle. Le succès du programme informatique à identifier les éléphants dans leurs milieux complexes, y compris dans des prairies et des savanes partiellement couvertes d’arbres, appelés en écologie « paysages hétérogènes », fait de l’imagerie satellitaire une méthode d’enquête idéale et plus efficace que les enquêtes de survol.

Et ce, d’autant qu’avec cette nouvelle technique, le comptage est plus rapide et plus précis, car il évite de compter deux fois les mêmes éléphants. En effet, les images satellitaires sont analysées par un algorithme informatique d’apprentissage en profondeur, qui vont sélectionner des éléphants individuels afin de les reconnaître.

Compter les éléphants pour suivre leur population est maintenant plus facile

Bien que cette technique soit encore une preuve de concept, les organisations œuvrant pour la conservation de la nature sont prêtes à l’utiliser pour remplacer les enquêtes et suivis de terrain impliquant des avions.

En effet, comme cette technique permet de réaliser une enquête à distance, elle réduit l’impact des chercheurs sur les animaux, et facilite le comptage des individus qui se déplacent entre les pays. À noter qu’en raison du contrôle strict des frontières et des zones de conflit, c’est souvent difficile de faire ces suivis depuis les avions.

Cette méthode d’enquête est en outre une méthode en constante évolution qui est vouée à s’améliorer avec le temps. Étant donné que la résolution des images satellites augmente tous les deux ans, il serait même possible de repérer et compter d’autres espèces plus petites à l’avenir.