Quand les modèles climatiques de la Terre aide à imaginer la vie sur les exoplanètes

Actuellement, ce sont environ 4 000 exoplanètes qui ont été découvertes dans l’Univers. Bien que les scientifiques souhaitent en savoir plus à leur sujet, cela s’avère difficile étant donné que certaines d’entre elles sont trop éloignées pour qu’une sonde puisse faire le voyage.

À défaut de pouvoir observer ces exoplanètes à l’aide de leurs appareils, les chercheurs de la NASA ont décidé d’imaginer la vie sur celles-ci. Pour cela, ils ont eu l’idée de se servir des modèles climatiques de la Terre.

Crédits Pixabay

Les scientifiques ont mis à contribution un superordinateur baptisé Discover qui a la capacité d’effectuer 7 quadrillions de calculs par seconde pour étudier la complexité du modèle climatique terrestre.

Une exoplanète pour accueillir la vie humaine ?

Les chercheurs de la NASA ont mené cette étude au nord-ouest du campus Goddard Space Flight Center, situé à Greenbelt, dans le Maryland.

En imaginant l’environnement de ces exoplanètes, les scientifiques veulent également déterminer si elles pourraient offrir des conditions propices pour accueillir la vie humaine.

Ils se sont particulièrement penchés sur le cas de l’exoplanète Proxima B, qui est une rocheuse en orbite autour de l’étoile Proxima du Centaure, située à 4,2 années-lumière de notre planète. Ils ont aussi étudié sept autres planètes rocheuses se trouvant dans le système planétaire TRAPPIST-1. Pour l’instant, les chercheurs ne se sont pas encore prononcés sur l’environnement de ces planètes mais d’après eux, le fait qu’elles se trouvent en orbite autour de naines rouges signifie qu’elles peuvent recevoir assez d’énergie pour favoriser la formation d’eau liquide.

La NASA envisage des recherches plus approfondies

Anthony Del Genio, un climatologue qui a contribué à ces recherches, a expliqué que les résultats obtenus par les chercheurs offriront de nouvelles pistes pour le futur. « Bien que notre travail ne puisse pas dire aux observateurs si une planète est habitable ou non, nous pouvons dire si une planète est un bon candidat pour aller plus loin. »

Cette étude permettra également aux scientifiques de perfectionner leurs instruments d’observation. « Les modèles font des prévisions spécifiques et vérifiables de ce que nous devrions voir. Ces éléments sont très importants pour la conception de nos futurs télescopes et stratégies d’observation. » a déclaré Karl Stapelfeldt, un scientifique travaillant pour la Jet Propulsion Laboratory de la NASA.

A termes, les scientifiques espèrent d’abord identifier les planètes vers lesquelles le James Webb Telescope devrait entamer ses observations.

Mots-clés exoplanètes