Quand les pyramides mayas inspirent les cités flottantes

Les dernières avancées technologiques, les contraintes économiques et environnementales ont motivé les entreprises à envisager des cités flottantes autonomes. Dernièrement, le cabinet d’architecture italien Lazzarini a imaginé un concept de ville futuriste dont les constructions sont inspirées des pyramides mayas et des temples japonais. Les architectes italiens ont fermement l’intention de concrétiser cette « expérience de vie offshore ».

La ville sera constituée modules d’habitation et de services de différentes tailles. Ils auront néanmoins en commun une forme pyramidale. La ville est destinée à être entièrement autonome. Conçues pour des particuliers, les pyramides qui flotteront au-dessus de la surface de la mer auront différentes vocations.

Pour l’instant, il ne s’agit que d’un simple concept. Le cabinet italien semble toutefois déterminé. L’équipe est actuellement en train de chercher des financements pour réaliser le projet.

Une ville nomade

Afin qu’ils soient individuellement autonomes en énergie, les bâtiments seront équipés de panneaux solaires et de turbines hydrauliques.

Les pyramides culmineront à trente mètres au-dessus de la surface de la mer. Encore plus surprenant, Waya sera également une ville nomade. Disposant de moteurs spécifiques, les modules pourront se déplacer. Les éléments qui constitueront la ville seront construits en fibre de verre, de carbone et en acier.

D’après le calendrier annoncé par le cabinet Lazzarini, la première pyramide pourrait être inaugurée d’ici quatre ans. Le plus grand des modules aura une dimension de 54 x 54 mètres.

Une campagne de financement participatif

A en croire les architectes italiens, si tout se déroule comme prévu, les travaux devraient commencer dans seulement deux ans. Comme il s’agira d’une cité, les pyramides auront, selon les besoins, différentes dispositions et destinations : hôtel, commerces, maisons individuelles, salle de sport, cinéma, serres pour la culture, etc.

L’équipe de Pierpaolo Lazzarini estime que la somme nécessaire à la concrétisation du projet s’élèvera à 350.000 euros. Afin de la rassembler, le cabinet a lancé une campagne de financement participatif. Les particuliers pourront ainsi contribuer au financement de la ville en déboursant mille euros. En échange, ils auront droit à une nuit à bord d’une suite à Waya.

Mots-clés architecture