Quand les travailleurs du sexe organisent une émission de variété éphémère

Aux États-Unis, les travailleurs du sexe se mobilisent actuellement pour une cause commune. Comme le rapporte le site Vice, ils ont décidé de se lancer dans l’organisation d’une émission de variétés éphémère qui aura pour but de sensibiliser les gens face à l’existence de lois qui pourraient nuire à la liberté des communautés marginalisées.

Cette émission, baptisée E-Viction, aura lieu en ligne le 21 août 2020. Cette initiative vise principalement des lois comme EARN-IT (Eliminating Abusive and Rampant Neglect of Interactive Technologies Act) et FOSTA (Fight Online Sex Trafficking), qui risquent de « contribuer à la marginalisation en ligne des communautés comme les travailleurs du sexe. »

Le ventre d'une femme dans la pénombre

Crédits Pixabay

Cette émission sera diffusée pendant 12 longues heures.

Rendez-vous à midi

E-Viction est un événement organisé par le collectif d’art Veil Machine, en collaboration avec Eyebeam. Les travailleurs du sexe qui participeront à cette émission vous donnent rendez-vous le 21 août 2020 à midi, pour un show inédit qui ne prendra fin qu’à minuit.

Ces derniers espèrent que cet événement permettra à « ceux qui ne vivent pas sous cette menace constante de faire l’expérience de la censure. » Pour rappel, la loi EARN-IT aspire à réduire les protections légales des applications et des sites Web. La loi FOSTA, quant à elle, vise à fermer les sites qui facilitent la prostitution et le trafic sexuel. Pour beaucoup, ces lois favorisent la censure en ligne et menacent la liberté d’expression.

À lire aussi : Animal Crossing New Horizons, nouveau terrain de jeu des travailleuses du sexe

Une émission qui en mettra plein la vue

Les internautes qui visionneront cette émission assisteront à un spectacle inattendu. D’après le site Vice, E-Viction montrera des travailleurs du sexe en train de faire de l’art dans le plus simple appareil. Les spectateurs pourront aussi voir des relations sexuelles, filmées et retransmises en direct. Ils auront également la possibilité de discuter avec des travailleurs du sexe dans des « chat room », comme à l’ancienne.

 « Pour nous, E-Viction est une plateforme de protestation. Les travailleurs du sexe étaient les pionniers du royaume digital, mais maintenant nous nous faisons chasser des espaces en lignes que nous avons construits », ont expliqué Niko Flux, Sybil Fury et Empress Wu, les producteurs de E-Viction.

Ces derniers ont fait face à de nombreux obstacles durant l’organisation de cet événement. Leur publication sur Instagram et leur page GoFundMe, créée pour lever des fonds afin d’aider à la préparation de E-Viction, ont notamment été supprimées pour violations des conditions d’utilisation.

À lire aussi : Le Japon va proposer une aide pour les travailleuses du sexe

Mots-clés nsfy