Quand l’intelligence artificielle (IA) se met au service de la pratique clinique

La maturation de l’IA a permis aux scientifiques de l’appliquer dans de nombreux secteurs d’activité, y compris celui de la santé. Récemment, des chercheurs ont développé un outil d’intelligence artificielle à partir de données rétrospectives pour classifier les polypes colorectaux. Dans une optique de test, le Dartmouth-Hitchcock Medical Center et le Cheshire Medical Center ont mis à l’œuvre cette technologie lors d’un essai clinique.

des robots autour d'une table d'opération

L’utilisation du dispositif par les agents de santé de la clinique s’est réalisée sans réel encombre. En réalité, avant l’exploitation du système numérique équipé d’IA, les pathologistes ont regardé une vidéo de formation de cinq minutes. Pour appuyer cette préparation, ils ont également lu un résumé sur le fonctionnement de l’appareil.

L’outil a été conçu par les chercheurs du Dartmouth-Hitchcock Norris Cotton Cancer Center. En outre, l’essai clinique a été réalisé pour étudier les performances du système numérique augmenté par l’IA, par rapport à un microscope standard.

Une impressionnante avancée technologique

Pour l’étude, les chercheurs du Dartmouth-Hitchcock Medical Center et du Cheshire Medical Center ont conclu un partenariat avec Mayo Clinic. Dans ce cadre, les pathologistes devant tester l’appareil ont suivi une initiation appropriée. Suite à l’essai clinique, l’outil a produit des résultats aussi précis que ceux des agents de santés. Selon les scientifiques, les résultats ont encore prouvé que l’IA est généralisable et entraînable sur des données externes.

Cette incroyable découverte représente ainsi une avancée technologie impressionnante pour le secteur d’activité de la santé.

« L’évaluation de cet outil par le biais d’un essai clinique prospectif montre que le système numérique augmenté par l’IA améliore considérablement la précision des pathologistes dans la classification des polypes par rapport au processus traditionnel d’utilisation de microscopes. »

Saeed Hassanpour, Docteur et chef de l’équipe de recherche clinique

Les agents de santé favorables à son application permanente

À la suite de l’expérience, de nombreux agents de santé ont reconnu que cet outil pourrait bien les aider dans leurs tâches. D’après eux, le système numérique était facile à utiliser et fonctionnait sans problèmes. Pour preuve, durant l’essai clinique, le temps d’évaluation des pathologistes a diminué de façon considérable. De plus, les chercheurs ont déterminé le score moyen de l’échelle d’utilisabilité du système qui révélait des résultats positifs.

En outre, douze d’entre eux ont ajouté que leur expérience avait conforté leurs opinions positives quant à l’utilisation de l’intelligence artificielle dans la pratique clinique. Dans cette perspective, M. Hassanpour et son groupe ont démarré une collaboration avec une startup de pathologie numérique. Leur objectif est d’appliquer leur technologie dans la pratique clinique, en améliorant les résultats des patients et la prévention du cancer.