Quand l’US Navy décide de propulser ses missiles Tomahawk … au maïs

Jusqu’à présent, au moins 2 300 missiles Tomahawks ont été utilisés au cours des affrontements auxquels l’armée américaine a participé. Ce qui en fait un missile très apprécié dans les rangs au pays de l’oncle Sam.

Nonobstant l’efficacité de ce missile de croisière à longue portée, le carburant utilisé pour sa propulsion pose apparemment problème aux têtes pensantes de l’US Navy. En effet, les techniques de production du carburant des Tomahawks, le JP-10, dépendent de molécules dérivées du pétrole, qui est une matière fossile.

Crédits Pixabay

Mais grâce aux scientifiques du Los Alamos National Laboratory (Nouveau-Mexique), une alternative vraiment prometteuse a été trouvée. Un nouveau JP-10, à base d’éthanol de maïs, qui est nettement plus écologique et ne propose que des avantages.

Les performances de ce JP-10 au maïs ne sont pas inférieures à celle du JP-10 classique

Andrew Sutton, chimiste au LANL, a souligné que le processus de fabrication de ce nouveau JP-10 au maïs est déjà breveté. Les États-Unis ont maintenant l’opportunité de produire un carburant qui leur est propre. D’ailleurs, ce JP-10 fait à base de maïs n’a rien à envier à l’ancien, au contraire.

Pour information, le JP-10 classique, le carburant actuel des missiles Tomahawks, est à base de combustibles fossiles. Et qui dit cela dit production massive de déchets chimiques. Tandis que pour ce nouveau combustible au maïs, ce ne sera pas le cas. Ajouté à cela, le fait que le maïs est une biomasse renouvelable qui ne manque pas en Amérique.

De plus, comme le précise Sutton, alors que ce JP-10 au maïs sert déjà de combustible pour propulser des missiles Tomahawks, il pourrait prochainement alimenter les avions de chasse de l’USAF, car c’est un carburant à fort potentiel énergétique. Cela permettra aux appareils de l’armée américaine de parcourir de plus longues distances, tout en emportant beaucoup plus d’armes.

À lire aussi : Cette vidéo montre un navire de l’US NAvy en train de tirer au laser sur un drone

De grosses épargnes également à la clé côté fourniture de carburant

Le chimiste du LANL, Cameron Moore, a souligné que leurs travaux permettront à l’économie américaine de mieux se porter. En effet, l’approvisionnement en carburants relève d’un budget conséquent pour l’armée américaine.

Comme le prix du JP-10 au maïs chutera d’environ 50 %, grâce à cette nouvelle source de matière première, l’approvisionnement en carburant coûtera vraiment moins cher.

Si l’éthanol à base de maïs n’était donc jusqu’à présent qu’un sous-produit, comme c’est le cas pour la fabrication d’essence (qui en contient 10 %), il peut maintenant être utilisé pour la fabrication d’un JP-10 revisité.

À lire aussi : OVNIS, les rapports de l’US Navy révélés