Quand Tik Tok encourage les utilisateurs à supprimer les contenus qu’ils jugent « laids »

Lancé il y a deux ans, Tik Tok fait aujourd’hui partie des réseaux sociaux les plus populaires avec plusieurs centaines de millions d’utilisateurs à travers le monde. Pour faire augmenter ce nombre, ByteDance, la société mère de l’application, inciterait les utilisateurs à filtrer les contenus.

Eh oui, Tik Tok encouragerait la suppression des vidéos dont le contenu est jugé par la firme comme « laid », c’est-à-dire qui met en avant des personnes handicapées, atteintes d’autisme, de trisomie 21, de déformation faciale, mais également des personnes en surpoids…

Crédits Pixabay

D’après des documents dévoilés par The Intercept, le but est de filtrer les vidéos qui peuvent être considérées comme discriminantes et celles qui sont susceptibles de heurter la sensibilité.

Tik Tok veut travailler son image

Tik Tok aurait apparemment décidé de « faire le ménage » sur sa plateforme afin de la rendre plus attrayante pour ses utilisateurs.

En supprimant les vidéos qui ne correspondent pas à ses critères de beauté, l’application espère peut-être toucher un public plus large.

Les modérateurs du site seraient ainsi invités à filtrer toutes les vidéos considérées comme peu attrayantes, avec des figurants malades ou avec trop de rides ou de cicatrices au visage. Ils seraient également encouragés à supprimer les contenus filmés dans les zones pauvres comme les bidonvilles, les champs ruraux, les maisons délabrées et les chantiers de construction.

Tik Tok sous le feu des critiques

Comme il fallait s’y attendre, les révélations faites par The Intercept ont créé un véritable tollé chez les internautes qui ont vivement critiqué cette soi-disant initiative de Tik Tok. Un porte-parole a cependant affirmé qu’il s’agit d’un grand malentendu. « Ces politiques ne sont plus en place et étaient déjà hors d’usage lorsque The Intercept les a obtenues », a-t-il assuré.

Le porte-parole a affirmé que Tik Tok visait avant tout la protection de ceux qui partagent des vidéos en instaurant des critères pour filtrer leurs publications.

A noter que si les modérateurs ne sont pas autorisés à interdire ces « mauvais » contenus, ils ne sont pas non plus autorisés à les promouvoir. Sans promotion sur la page principale de l’application, leur visibilité est quasiment nulle, ce qui reviendrait au même résultat que de les filtrer.

Mots-clés tiktok