Quand un bêta testeur de sexdolls met en garde contre les erreurs de développement pouvant transformer les robots sexuels en armes

Brick Dollbanger, un passionné de robotique travaillant comme bêta testeur pour RealDoll, a récemment été interviewé par le Daily Star. Durant son entrevue, le spécialiste a mis en garde les entreprises et les consommateurs contre d’éventuelles erreurs de développement. Des erreurs pouvant potentiellement transformer les robots sexuels en armes.

Comme il l’a lui-même indiqué lors d’une interview menée par Forbes l’année dernière, Brick Dollbanger a enchaîné les relations amoureuses jusqu’à ses cinquante ans.

Robots sexuels

Puis, lassé par ces aventures, il a commencé à s’intéresser aux jouets pour adultes et aux poupées sexuelles.

Un danger à ne pas sous-estimer

Très vite, ses recherches l’ont mené à se tourner vers les produits de l’entreprise RealDoll, une entreprise spécialisée dans la conception de poupées sexuelles réalistes.

Il a acheté sur ses fonds propres plusieurs produits de la marque, devenant par la même occasion l’un de ses plus fidèles clients.

Matt McMullen, le PDG de la société, a fini par entendre parler de ses agissements et il lui a alors proposé de tester un nouveau produit un peu particulier, le robot Harmony. Durant les années suivantes, Brick Dollanger a donc entrepris de tester le produit en long, en large et en travers, et il est alors devenu bêta testeur de RealDoll.

Sa position lui a valu de participer à de nombreuses interviews et la dernière en date a donc été menée par le Daily Star.

Durant l’échange, Brick Dollanger est revenu sur l’évolution du marché et sur le développement de robots sexuels intelligents. Notamment sur tout ce qui a trait à la programmation. D’après lui, il s’agit en effet d’un sujet sensible et la moindre erreur de développement pourrait avoir des conséquences désastreuses pour les utilisateurs.

Des robots qui pourraient potentiellement se retourner contre leur utilisateur

Il va même plus loin puisqu’il indique également que les robots sexuels intelligents pourraient potentiellement se retourner contre leurs utilisateurs et même les blesser.

Pour lui, le vrai problème vient de la conception même de ces robots. Certes, pour le moment, le marché est encore balbutiant, mais il est convaincu que les différents acteurs présents sur le marché vont continuer à rendre leurs produits de plus en plus autonomes et réalistes.

Sauf que voilà, si nous sommes nous-mêmes faits de chair et de sang, ce n’est pas le cas des robots sexuels. Ils sont bien plus résistants et c’est précisément ce qui les rend aussi dangereux.

Tout le problème étant que, toujours de son point de vue, ces produits ne seront pas totalement autonomes. En réalité, Brick Dollanger s’attend à ce que ces machines fassent à l’avenir appel au cloud afin de faciliter toutes les opérations en lien avec l’IA. Notre expert estime donc qu’il sera indispensable de veiller à sécuriser ces plateformes afin de limiter autant que possible le risque d’intrusion.

Mots-clés nsfysextech