Quand un cratère nous en apprend beaucoup sur Vénus

Vénus était autrefois animée par des tectoniques des plaques et du volcanisme relativement identiques à ceux de la Terre. Néanmoins, d’après une récente étude, ces phénomènes se sont arrêtés il y a environ un milliard d’années. La recherche a été basée sur une observation méticuleuse d’un cratère d’impact géant sur Vénus.

Ces résultats excluent la possibilité de toute nouvelle activité volcanique sur le lieu.

Une photo de Vénus, une planète très mystérieuse
Crédits Pixabay – image recadrée

Un énorme bassin d’impact de Vénus appelé « Mead » a fait l’objet d’étude des chercheurs de l’Université Brown. Ils ont remarqué que deux failles en forme de falaise, situées aux environs du bassin, sont restées inchangées au cours du temps. À la différence de la Terre qui dispose d’une écorce active avec des plaques mouvantes, Vénus semble n’avoir eu qu’une seule plaque depuis au moins la date de cet impact.

Nombre de volcans terrestres, aussi bien ceux de la surface que ceux des océans, ont un lien avec les plaques tectoniques. Près de 80 à 90 % de toutes les éruptions volcaniques ont lieu là où une plaque se déplace sous une autre, ou là où les plaques se dispersent.

Vénus est restée figée depuis des centaines de millions d’années

Étudier Vénus constitue un défi de taille à cause de son atmosphère dense qui assombrit la vue de la surface. Pour la présente recherche, les scientifiques ont utilisé des données obtenues grâce au télescope géant Magellan. Les images radar ont révélé plus de 1 000 structures volcaniques ayant subsisté sur la planète. Pourtant, la plupart d’entre elles ont l’air anciennes et inactives.

Dans les faits, les chercheurs ont confronté les données obtenues à partir des observations du GMT avec le modèle établi sur les propriétés de Vénus. Ils ont conclu que la surface volcanique de la planète est restée figée durant des centaines de millions d’années. Cette conclusion est d’ailleurs en accord avec une autre étude publiée dans Nature.

A lire aussi : Coup dur pour la théorie sur la signature biologique sur Vénus

La Terre est décidément unique

Pour Alexander Evans, professeur adjoint à Brown et co-auteur de l’étude, la cohérence des résultats obtenus de Mead avec d’autres caractéristiques de Vénus est un aspect convaincant.

“Je pense que cette découverte met davantage en évidence la place unique que la Terre, et son système de tectonique des plaques, occupent parmi nos planètes voisines.”

Alexander Evans

A lire aussi : L’Inde vise Vénus à l’horizon 2024

D’autres recherches ont pourtant conduit à des résultats contradictoires. Une étude publiée en 2020 a par exemple suggéré que le volcan y reste toujours actif. Naturellement, ces controverses scientifiques impliquent la nécessité d’autres recherches plus approfondies.

Mots-clés vénus