Quand un député canadien se retrouve à poil sur Zoom

A cause du coronavirus, de nombreuses entreprises privées et institutions publiques ont été obligées de tenir leurs réunions à travers des applications de visioconférence comme Zoom. Malheureusement, ce mode de travail n’est pas à l’abri de quelques erreurs, surtout, de manipulation. C’est ce qui est malencontreusement arrivé à ce politicien canadien.

William Amos, un député qui représente le district québécois de Pontiac est effectivement apparu nu lors d’un appel vidéo avec des collègues le mercredi 14 avril 2021. Le politicien a expliqué que sa vidéo s’était accidentellement allumée alors qu’il se changeait en vêtements de travail après avoir fait du jogging.

Photo de Biljana Jovanovic – Pixabay.com

Il a également réitéré que c’était une malheureuse erreur. Néanmoins, une capture d’écran de l’incident a vite fait le tour des réseaux sociaux.

Une distraction involontaire

Sur la capture d’écran, on voit le député libéral tenant un téléphone portable sur ses parties intimes. Il avait été capturé alors qu’il était début derrière une chaine près d’un bureau où se tenaient les drapeaux québécois et canadien. Le député a déclaré qu’il se sentait profondément gêné par cet incident qu’il assure être une « erreur honnête » qui « ne se reproduira plus », rapporte BBC.

Le député a également réitéré des excuses dans un post sur Twitter et sorti une déclaration disant : « je m’excuse sincèrement auprès de mes collègues de la Chambre des communes pour cette distraction involontaire. »

« ça va me suivre toute ma vie »

Face à cet incident, Claude DeBellefeuille, un député du Bloc québécois du Canada a déclaré après la conférence téléphonique qu’il pourrait être « nécessaire de rappeler aux députés, surtout aux hommes, que la cravate et la veste sont obligatoires ». Il a également ajouté dans une déclaration en français rapporté par CTV News :

Nous avons vu que le député est en grande forme physique mais je pense qu’il faut rappeler aux membres d’être prudents et de contrôler la caméra.

Néanmoins, même si William Amos a déclaré que c’était un malencontreux accident, il sait que son image en est marquée. Il déclare d’ailleurs au quotidien québécois La Presse, « ça va me suivre toute ma vie. A l’ère numérique, une image se propage de façon incontrôlable ».

Mots-clés zoom