Quand un drone visite l’intérieur d’un ouragan

La société privée Saildrone Inc et la National Oceanic and Atmospheric Administration (ou NOAA) ont collaboré pour une mission sur l’océan Atlantique. Ils ont utilisé le nouveau drone baptisé « Saildrone Explorer » pour y étudier les ouragans. Les partenaires ont déployé cinq de ces engins pour cette expédition. Ces appareils peuvent collecter des informations 24h/24h pendant une année entière.

Le Saildrone Explorer est un appareil flottant qui ressemble à une planche à voile. Afin de fonctionner continuellement, l’appareil est équipé de panneaux solaires et se déplace grâce à la force du vent. Il embarque également divers capteurs et caméras qui recueillent des données. Par ailleurs, il possède une aile spécialement conçue pour résister aux ouragans.

C’est cette aile qui a permis à l’un des saildrones d’observer l’intérieur d’un ouragan baptisé « Sam ». La tempête se déplaçait au-dessus de l’océan Atlantique. Elle était de catégorie 4, soit la plus puissante de cette année 2021.

Le premier enregistrement de l’intérieur d’un ouragan par un drone

Malgré l’ampleur de l’ouragan Sam, l’entreprise Saildrone y a envoyé l’un de ses précieux drones. L’appareil a pu filmer les phénomènes qui se produisaient au cœur même du monstre naturel. La prouesse qu’a réalisée le Saildrone Explorer est sans doute une première dans l’histoire.

Par ailleurs, pour pouvoir capturer les images, le drone flottant a dû affronter des vagues de 15 m de haut et des vents dévastateurs de plus de 190 km/h.

« Saildrone va là où aucun navire de recherche ne s’est jamais aventuré, naviguant directement dans l’œil du cyclone, recueillant des données qui vont transformer notre compréhension de ces puissantes tempêtes. »

Richard Jenkins, fondateur et PDG de Saildrone

Pour aider les populations côtières à se prémunir contre les ouragans

Le principal objectif de la mission était de recueillir des informations sur l’ouragan Sam. D’après Greg Foltz, un scientifique de la NOAA, les populations côtières sont sérieusement menacées lorsque la puissance d’un ouragan augmente soudainement en quelques heures.

Les chercheurs espèrent donc qu’avec les données collectées leur permettront d’affiner leurs techniques de prévision. Les centres météorologiques pourraient ainsi avertir plus rapidement les communautés menacées par ces catastrophes naturelles dévastatrices.