Quand un historien compare Donald Trump à Mussolini sur Twitter

Il est de notoriété publique que l’actuel président ne mesure pas toujours la portée et l’importance de ses actions et de ses propos. D’ailleurs, Donald Trump crée souvent la polémique, donnant du grain à moudre à ses détracteurs à chaque manœuvre du président estimée brutale ou révoltante.

Historiens et politologues vont même plus loin en comparant l’actuel locataire de la Maison-Blanche à des despotes et des dictateurs, tels que Benito Mussolini, le chef d’État fasciste italien.

Un montage photo de Donald Trump

Crédits Pixabay

Bien sûr Donald Trump dirige sa nation à sa manière, mais le fait est qu’il ne se soucie pas vraiment des comptes qu’il aura à rendre à travers ses actions ou ses propos peu mesurés.

Un gouvernement en passe de devenir une autocratie ?

À l’approche des élections, récemment, Donald Trump a sous-entendu qu’un transfert pacifique des pouvoirs n’est peut-être pas une option à envisager, en ajoutant : « Nous aurons à voir ce qui va se passer », « […] franchement, il n’y aura pas de transfert. Il y aura une continuation ».

Interrogé par Rachel Maddow à propos de Trump et des prochaines élections – discutant notamment de la polémique concernant sa méfiance à l’égard du vote électronique – Michael Beschloss explique dans une entrevue sur MSNBC qu’étant un président, suggérer qu’une élection soit minimisée de la sorte, c’est la manière des dictateurs qui aspirent au pouvoir.

Brian Klaas, spécialiste en politique, affirme quant à lui qu’ayant été observateur aux élections de pays brisés par la dictature, il est sûr que le comportement du président serait, dans d’autres cas, « rapidement et de manière non équivoque » condamnée par tous les observateurs internationaux des processus démocratiques.

Des points communs entre Trump et d’autres dictateurs

La légèreté avec laquelle Donald Trump traite les journalistes, l’incitation à prendre les armes, la violence à l’encontre des démocrates et bien d’autres raisons ne jouent pas en faveur de Trump. D’aucuns affirment d’ailleurs la dangerosité de la voie empruntée par le personnage.

Des faits que Michael Beschloss compare avec les moyens auxquels un certain Mussolini a eu recours en son temps.

Et comme évoqué plus tôt récemment, le président américain veut entendre qu’un transfert de pouvoir ne se fera pas aussi facilement. Les observateurs politiques craignent déjà la signification et le sens caché de ces propos.

David Kertzer, historien et auteur de l’œuvre intitulée « The Pope and Mussolini » (Le Pape et Mussolini), soutient fermement, avec plusieurs illustrations à l’appui, les nombreuses ressemblances entre Donald Trump et les dictateurs que les États-Unis ont décriés. Selon lui, le président américain amène même la nation à s’éloigner de la vraie démocratie.

Le caractère du président est, selon Ruth Ben-Ghiat, à l’image de celui de Mussolini : « Au début, il n’était pas un dictateur, mais il a petit à petit consolidé son pouvoir ». Pour finir aux résultats que nous connaissons tous.

Mots-clés donald trumptwitter