Quand un journal nazi débouche sur la découverte d’un trésor en Pologne

Le journal d’un nazi a révélé l’emplacement d’un trésor caché pendant la Seconde Guerre mondiale. Le manuscrit était écrit par un officier de la Waffen Schutzstaffel, connu sous le pseudonyme de Michaelis, il y a 75 ans. Les plans y ont été inscrits sous les ordres du  commandant, Heinrich Himmler, l’un des plus hauts dignitaires du Troisième Reich.

Onze sites renfermant de l’or, des bijoux, des tableaux et des objets religieux y sont répertoriés.

Un doigt représentant Hitler

Crédits Pixabay

Une grande quantité d’or se trouve dans un puits abandonné, dans le sud-ouest de la Pologne. Ce site s’étend à près de soixante mètres sous terre, sous le palais Hochberg du XVIe siècle, dans le village de Roztoka, en Basse-Silésie. Cette richesse proviendrait de la Reichsbank de la ville de Wrocław.

Durant l’Allemagne nazi, de nombreux trésors, artefacts et œuvres d’art ont été volés partout en Europe. Ils ont été, par la suite, cachés par les nazis. La valeur de ces richesses est estimée à des milliards de dollars.

Le journal a été à la fondation polonaise Silesian Bridge

Le palais se trouve dans une région où les nazis ont dissimulé des biens volés à de riches Juifs polonais. Cet endroit regorge de grottes, de mines, de tunnels ainsi que de châteaux et de palais aux donjons caverneux. Tout cela constitue une belle cachette.

Pendant des décennies, le journal a été tenu secret dans la ville de Quedlinburg, en Allemagne, dans la loge d’une société secrète qui existe depuis plus de 1 000 ans. Les membres étaient des officiers d’élite nazis du Troisième Reich, ainsi que de leurs descendants. En 2019, le journal a été offert à une fondation polonaise nommée Silesian Bridge en guise de réparation auprès de ce peuple.

D’autres documents mentionnent également que les nazis ont assassiné les témoins après avoir caché ces richesses. Leurs corps ont été jetés dans le puits et la porte d’entrée a été scellée par des explosifs.

« Les experts ont affirmé que le journal a bien été écrit au moment de la Seconde Guerre mondiale. Par contre, le ministère de la Culture et du Patrimoine national polonais vérifie encore son authenticité », a déclaré Magdalena Tomaszewska, la représentante du ministère.

À lire aussi : La terrible histoire de Sylt, le seul camp de concentration britannique

Une liste de quatre-vingts sites

Une unité de renseignement du gouvernement américain sur le pillage des œuvres d’art a collaboré avec Günther Grundmann, le directeur du musée de Silésie. Ensemble, ils ont dressé une liste de 80 sites.

Cependant, la plupart de ces trésors cachés auraient été pillés par l’armée russe quand elle a envahi l’Allemagne.

Le tableau Wintergard de l’impressionniste français Edouard Manet faisait partie de la collection de trésors artistiques pillés par les nazis et retrouvés par la force américaine. Ces œuvres d’art appartenant à des Juifs polonais ont été trouvées dans une mine de sel à Merkers, en Allemagne, en 1945.

À lire aussi : Quand les néo-nazis investissent Google Maps

Mots-clés histoire