Quand un laboratoire secret se cache dans un monument célèbre

À Londres, il existe ce pilier en pierre haut de 61 m dénommé « The Monument to the Great Fire of London », qui est décoré de dragons, ainsi que d’un orbe doré à son extrémité supérieure. Cela dit, peu de gens savent qu’à l’intérieur, il y a un escalier en colimaçon qui va tout en haut de la structure. La présence de cet escalier vient du fait que ce monument, dressé pour se rappeler le grand incendie de Londres, a aussi été créé pour être un laboratoire scientifique, plus précisément  un télescope géant.

Ceux qui ont déjà vu le Monument de près ont peut-être remarqué qu’il y a une plaque attribuant sa construction au célèbre architecte Sir Christopher Wren. Ce dernier est connu pour avoir largement participé à la reconstruction de la ville après l’incendie qui a ravagé la quasi-totalité de la cité. Mais en vérité, celui qui est derrière le Monument, n’est autre qu’un ami proche de Wren, le scientifique Robert Hooke.

Crédits 123RF.com

Il faut savoir que Hooke a utilisé son esprit scientifique dans de nombreux domaines comme la chimie ou encore la cartographie. Néanmoins aujourd’hui, on se souvient surtout de lui comme celui qui a donné le nom de « cellule » à l’unité de base de la vie, ou encore celui derrière la loi de l’élasticité. Il a aussi inventé des mécanismes qui sont toujours utilisés dans les horloges et les caméras actuelles.

L’idée du télescope

L’on sait qu’après l’incendie, Hooke a essayé de travailler dans l’architecture. Il a ainsi réalisé les plans d’hôpitaux, de bâtiments publics ou encore d’églises. Malheureusement, il n’a pas reçu beaucoup de crédits pour ses œuvres. La plupart d’entre elles ont en effet été attribuées à Wren par erreur, ou n’étaient pas très bonnes. Puis, il y a eu le Monument, mais comme l’explique Maria Zack, mathématicienne au Point Loma Nazarene University, ce que Hooke voulait réellement construire, c’était un télescope très long.

Pourquoi un télescope ? À l’époque, c’est-à-dire au 17ème siècle, les scientifiques se demandaient encore si le Soleil tournait autour de la Terre, ou si c’était plutôt le contraire. Hooke était convaincu que c’était la Terre qui tournait autour du Soleil, mais personne ne pouvait encore le prouver.

Théoriquement, il aurait été simple de prouver que la Terre tourne autour du Soleil en se servant de la « parallaxe astronomique ». Il s’agit d’un changement apparent de position d’un objet par rapport à un autre. Ainsi, si la Terre change sa position par rapport aux étoiles en tournant autour du Soleil, ces étoiles devraient sembler passer d’une position à une autre au cours d’une année. Le défi c’était de détecter ces changements de position qui sont très petits. Ainsi, pour être capable de voir une parallaxe, il faut un télescope très large.

L’échec du projet

Hooke avait déjà eu l’idée de construire un télescope dans ses logements au Gresham College où il était professeur de géométrie. Mais cela n’a pas marché puisque les mesures dépendaient de l’alignement exact des lentilles, et la structure n’était pas assez stable. Les lentilles étaient en effet fixées à une structure en bois, et le bois se dilate avec la chaleur et se plie à cause du vent.

Hooke s’est ainsi tourné vers la construction du Monument qu’il a fait fabriquer avec les meilleurs blocs de pierre de Portland. Après de nombreux problèmes, le Monument a enfin été achevé en 1677, après près de 6 ans.

Mais ce n’était pas la fin du calvaire de Hooke puisqu’il a ensuite eu du mal à garder les deux lentilles alignées. Ces dernières étaient placées aux deux extrémités du télescope, séparées d’une distance d’environ 61m. Malheureusement pour Hooke, le Monument se trouvait également près de Fish Street Hill qui était à l’époque la rue principale menant au London Bridge. Les vibrations causées par le trafic ont finalement ruiné toute l’expérience du scientifique.

Malgré l’échec du télescope, le Monument constituait à l’époque l’un des bâtiments les plus hauts du monde. Hooke avait ainsi sous la main un laboratoire qui lui permettait d’étudier les effets de la hauteur, plus particulièrement la variation de la pression atmosphérique.

s https://getpocket.com/explore/item/the-secret-lab-hidden-inside-a-famous-monument?utm_source=pocket_mylist et https://www.bbc.com/future/?utm_source=pocket