Quand un scammer tente de s’en prendre à une grand-mère de 83 ans

Sur YouTube, il existe une chaîne appelée Deeveeaar dont l’objectif est de « farcir les arnaqueurs, de les appâter, de leur faire détester leur travail et de démoraliser les centres d’appels illégitimes ». Axée sur l’exposition des scammers et des centres d’appels indiens, la page est entretenue par une équipe de mécontents et frustrés de l’impunité de l’arnaque sur internet.

Dernièrement, la chaîne a partagé une vidéo montrant le cuisant échec d’un arnaqueur face à une grand-mère de quatre-vingt-trois ans. La mamie n’était en fait qu’un personnage fictif derrière lequel se cache un scambaiter du groupe de vigilance. L’escroc est tombé dans le piège quand le pirate informatique lui a donné accès à son ordinateur.

Docusign hack

L’arnaqueur croyait être dans la bonne voie après avoir complimenté la grand-mère à propos de ses petits-enfants sur l’image en arrière-plan. «Vous pouvez arnaquer, mais vous ne pouvez pas vous cacher », tel est le message véhiculé par le groupe.

L’appât parfait

« La voix de grand-mère est en fait ma petite amie ! », a affirmé DVR, le leader du site, en riant. « Ce qui est amusant, c’est que j’étais assis à côté d’elle alors qu’un membre de l’équipe de l’autre côté du monde contrôlait l’ordinateur ».

« Nous lui avons dit quoi dire à travers la langue des signes et des instructions textuelles dans une application de chat. Les arnaqueurs se nourrissent des personnes âgées, alors elle est l’appât parfait pour les amener à baisser la garde », a-t-il poursuivi.

Un justicier de la toile

Deeveeaar a été fondé par DVR qui est aujourd’hui âgé de presque trente ans. « J’ai commencé avec des farceurs et des escrocs, mais rapidement j’ai commencé à voir des faiblesses dans les scripts d’arnaqueurs », a-t-il déclaré à Bored Panda.

« Nous hackons leurs ordinateurs et mettons leurs photos en ligne, nous voulons que les arnaqueurs aient peur. Je veux les rendre vulnérables », a souligné le justicier de la toile. « Parce que nous savons que des mesures ne seront probablement pas prises, nous prenons un peu la justice en main. »

DVR a monté l’équipe alors qu’il entendait plusieurs histoires tristes racontées des victimes. « Nous avons commencé à accéder à leurs ordinateurs afin que nous puissions découvrir plus de preuves, obtenir leurs informations personnelles afin de pouvoir les signaler et déterminer ce qu’ils font. »