Quand une IA joue aux pâtissiers chez Google

En 2017, en créant sa division IA, Google ne s’attendait sûrement pas à ce qu’on puisse mettre au point des pâtisseries hybrides grâce à cette technologie, quelques années plus tard.

En effet,  Sara Robinson, ingénieure amateur d’IA et de pâtisseries, a exploité l’AutoML Tables, un système de génération de modèles sans code de Google, pour réaliser le Breakie et le Cakie. Des pâtisseries d’un nouveau genre tirant parti de recettes qui existent déjà.

Des piles de cookies

Photo de Markus Spiske. Crédits Unsplash

Toutefois, même si les capacités de l’IA de Google se trouvent être particulièrement étonnantes, elle a tout de même ses limites.

Des recettes de pâtisseries hybrides, mises au point par une IA

Sara Robinson voulait en premier lieu créer un système qui saurait par exemple différencier un biscuit d’un pain ou d’un gâteau, selon sa teneur en sucre, en beurre ou en levure. Mais vu la complexité de chaque recette, l’efficacité de l’IA n’était pas garantie. Donc, Robinson a pris l’initiative de pousser l’IA à mettre ses propres pâtisseries au point.

Pour ce faire, elle a tout d’abord réuni tous les ingrédients permettant à cette technologie de concevoir un parfait mélange entre le biscuit et le gâteau. Et à sa grande surprise, l’IA de Google a donné la proportion des ingrédients nécessaires pour la réalisation du Cakie, que Robinson a trouvé vraiment exquis.

Puis, Sara Robinson s’est demandé à quoi ressemblerait un hybride entre le pain et le biscuit. Elle a suivi le même protocole pour la création du Cakie et l’IA lui a concocté la recette du Breakie, qui a une consistance similaire à celle du muffin. À noter que pour proposer les recettes du Cakie et du Breakie, l’IA s’est basée sur des recettes déjà existantes.

L’IA de Google a du chemin à faire avant de devenir chef pâtissier

Tout d’abord, Robinson a souligné que l’IA n’a pas été en mesure de définir les ustensiles à utiliser pour mettre ses pâtisseries au point ni d’indiquer la température requise pour mener à bien leur cuisson.

Par ailleurs, l’IA n’a donné que la quantité des ingrédients nécessaires, mais n’a proposé aucun arôme (comme la vanille ou le chocolat). Ce que Robinson a elle-même ajouté pour parfaire la recette. Il y a donc encore du chemin avant de pouvoir apprécier une vraie pâtisserie concoctée de bout en bout par une IA. Mais on est sur la bonne voie.

Mots-clés google