Quand une ville américaine a voulu payer des influenceurs pour calmer des manifestations

L’année 2020 a été une année marquée par la pandémie de Covid-19, mais elle a aussi été marquée par les manifestations qui ont eu lieu à Minneapolis et un peu partout aux Etats-Unis, et ce après le meurtre de George Floyd au cours du mois de mai. Ce dernier avait été tué par l’officier de police dénommé Derek Chauvin qui l’avait maintenu au sol en appuyant le genou sur son cou.

Aujourd’hui, Chauvin est sur le point de passer devant le tribunal pour répondre de ses actes.

Crédits Pixabay

Dans ce contexte, la ville de Minneapolis a eu une idée assez inattendue pour essayer de calmer le public jusqu’à la fin de la procédure judiciaire. Il a en effet été décidé lors d’une réunion du conseil municipal le vendredi 26 février dernier que la ville allait engager 6 influenceurs pour mener une campagne de communication dont l’objectif final était de calmer les manifestants. Selon les informations, ces influenceurs devaient viser plus particulièrement les communautés Noire, Américaine Native, Somalienne, Hmong ou encore Latine.

Chaque influenceur devait recevoir une somme de 2000 dollars pour le service rendu.

Toutefois, la ville de Minneapolis a finalement décidé de ne pas utiliser les influenceurs pour leur campagne de communication.

Une grosse campagne de communication

Au cours de la réunion du conseil municipal de la ville de Minneapolis, il a donc été décidé d’allouer 1 181 500 dollars à la campagne de communication entourant le procès de Chauvin, cette somme incluant l’argent initialement prévu pour les influenceurs.

Selon Mark Ruff, le coordinateur municipal, la ville s’attend à ce que les contrats signés dans le cadre de la campagne mènent à une meilleure communication auprès de la population. Les responsables veulent surtout mettre l’accent sur les communications à la radio et celles utilisant les influenceurs des médias sociaux.

Ruff a ajouté qu’ils allaient aussi se concentrer sur les autres options à la disposition des communautés qui ne visitent pas le site web de la ville ou qui n’utilisent pas les médias traditionnels de communication.

Toucher les minorités

Par rapport à cette idée d’engager des influenceurs, Lisa Bender, la présidente du conseil municipal, avait déclaré qu’ils comprenaient que tout le monde ne faisait pas confiance à la ville en termes de communication, surtout que celle-ci a sa part de responsabilité dans la mort de George Floyd.

En s’appuyant sur des influenceurs, l’idée était donc d’augmenter l’accès aux informations pour les communautés qui ne suivent pas vraiment les canaux habituels de communication ou les canaux municipaux.

Sans oublier ceux qui ne suivent pas les chaines en anglais. C’était donc une opportunité de créer plus de moyens de communication à double-sens entre la population et la ville.

Attendons maintenant de voir ce qu’il va se passer dans les jours à venir, surtout lorsque le verdict concernant Chauvin tombera.