Quand une YouTubeuse torture des animaux en vidéo en toute impunité

Elle se fait appeler Ssoyoung et elle est une spécialiste du MukBang, une pratique consistant à se filmer en train de manger d’énormes quantités de nourriture. Seul problème, dans certaines de ses vidéos, elle s’amusait à torturer des animaux marins encore vivants. En toute impunité.

Le MukBang n’est pas ce que l’on pourrait appeler une pratique très récente ; elle a en effet vu le jour en 2009.

Crédits Pixabay

Le principe, lui, n’a pas beaucoup changé. Les personnes s’adonnant à cette pratique doivent simplement ingérer des quantités phénoménales de nourriture tout en se filmant à l’aide d’une caméra ou même d’un simple smartphone.

Ssoyoung, entre MukBang et ASMR

Ssoyoung, de son côté, a lancé sa chaîne YouTube le 6 novembre 2018 en cherchant à mêler le meilleur des deux mondes, et donc en associant le MukBang à l’ASMR. Avec un certain succès. La YouTubeuse est actuellement suivie par plus de 5 millions de personnes et ses vidéos ont totalisé plus de 700 millions de vues. Le tout avec une moyenne comprise entre 500 000 et 1 million de vues par vidéo.

Mais alors, quel est le problème ? Il est simple en réalité. Comme l’indiquent nos confrères de Gentside, Ssoyoung ne se contente pas de se filmer en train de manger. Il lui arrive aussi souvent de filmer les animaux avant de les ingérer. Des animaux souvent vivants et qui doivent subir de véritables séances de torture.

Dans une vidéo, elle s’est ainsi filmée en train d’arracher la tête d’une crevette vivante pour ensuite l’ingérer. Dans une autre, ce sont des pieuvres qui ont été malmenées, Ssoyoung s’amusant à leur verser du sel dessus avant de les tuer et de les cuisiner. Dans une autre encore, elle s’en est prise à des anguilles en leur coupant doucement la tête alors qu’elles étaient toujours vivantes.

A lire aussi : Une YouTubeuse accusée de pédopornographie après avoir publié des photos d’elle enfant

Plus de 5 millions d’abonnés pour un total de plus de 700 millions de vues

Des vidéos qui ont suscité de nombreuses réactions indignées, mais qui n’ont pas été sanctionnées de quelque manière que ce soit.

Face à la situation, une pétition a même été lancée sur change.org afin de demander à YouTube de bannir la chaîne de Ssoyoung. Elle compte plus de 170 000 signataires, mais elle n’a rien changé.

A notre connaissance, YouTube n’a pris aucune mesure, et ce alors même que la plateforme indique noir sur blanc dans ses conditions d’utilisation que les contenus montrant “des souffrances inutiles infligées délibérément à un animal” sont scrupuleusement interdits.

Précisons que si Ssoyoung semble s’être un peu calmée sur ce type de contenus, ces anciennes vidéos sont toujours en ligne à l’heure où nous écrivons ces lignes.

A lire aussi : Quand une YouTubeuse populaire offre des nudes aux électeurs de Joe Biden

Des vidéos qui n’enfreignent pas les conditions d’utilisation de YouTube

A l’époque, Insider avait d’ailleurs contacté YouTube pour demander des explications à la plateforme. Un porte-parole avait alors déclaré à nos confrères que les vidéos publiées par la YouTubeuse n’enfreignaient pas les conditions d’utilisation tout en rappelant que les modérateurs de la plateforme s’appuyaient sur des expertises régionales pour déterminer le contenu à supprimer. Or justement, en Corée du Sud, il est tout à fait légal de cuisiner des animaux marins encore vivants.

De leur côté, les représentants de la YouTubeuse avaient justement fait valoir que le but de la chaîne était d’offrir aux internautes “une nouvelle perspective culturelle” en promouvant la culture culinaire coréenne. Tout en précisant que Ssoyoung n’a jamais eu l’intention de torturer délibérément des animaux vivants.

Ceci étant, à l’époque, ces mêmes représentants avaient également indiqué qu’ils comptaient prendre ces critiques au sérieux, ce qui explique peut-être pour les vidéos publiées depuis par la YouTubeuse sont un peu plus soft…

Mots-clés youtube