Quantic Dream sur un jeu Star Wars ?

Après des années placées sous le joug d’Electronic Arts, les adaptations jeux vidéo de licence Star Wars s’est récemment ouverte à de nouveaux développeurs. Si on sait déjà que le géant Ubisoft travaille actuellement sur un jeu en monde ouvert adapté de la saga de George Lucas, un autre développeur français verrait également son avenir dans la Force…

Quantic Dream, le studio derrière les jeux Heavy Rain, Beyond Two Souls et plus récemment Detroit : Become Human, partirait également vers une galaxie très, très lointaine.

Yoda dans Star Wars, ou plutôt une illustration le représentant
Image par Felix Hu de Pixabay

Un rapprochement entre Disney et Quantic Dream ?

C’est en tout cas ce que tease Tom Henderson, journaliste américain pour le site DualShockers, sur son compte Twitter officiel. Une simple image postée sur le réseau social en dirait ainsi long sur les projets de Quantic Dream : on y voit Daniel, l’un des personnages du blockbuster Detroit: Become Human, subtilement entouré de sabre laser. On ne devrait pas avoir à analyser l’image pendant des heures pour y voir un éventuel rapprochement entre la licence de LucasFilm et le développeur français…

Une autre source, cette fois-ci française, affirme également l’existence d’un jeu Star Wars dans les cartons de Quantic Dream. Gautoz, ancien journaliste du site français Gamekult, a récemment dévoilé le scoop au cours de sa matinale d’actualité jeu vidéo du jeudi 16 septembre dernier.

“A priori, le prochain jeu de Quantic Dream, maintenant qu’ils ont terminé leur contrat de trois jeux avec Sony, le prochain jeu serait une signature avec Disney […] Il semblerait que Quantic Dream soit actuellement au travail sur un jeu Star Wars.”

A lire aussi : Star Wars : 6 films et séries annulés

Une annonce pour bientôt ?

Quantic Dream est récemment revenu sur le devant de l’actualité après les récentes conclusions du procès opposant le studio français aux journaux Le Monde et au site Mediapart.

Rappel des faits : les deux rédactions avaient publié une enquête conjointe en janvier 2018 pointant du doigt la supposée culture de travail toxique substituant dans les locaux parisiens de Quantic Dream, entretenir par les deux dirigeants David Cage et Guillaume de Fondaumière.

Après avoir été condamné en 2018 puis relaxé en appel par le Conseil des prud’hommes en avril dernier, le studio attaqua en diffamation les deux rédactions. Le verdict est tombé le 9 septembre 2021 : si Mediapart a bien débouté des accusations du studio, Le Monde a finalement été condamné. Une décision de justice qui participerait à la communication à l’internationale du studio selon Gautoz, y voyant une volonté de montrer patte blanche avant l’annonce d’un nouveau projet, loin des controverses.