Que se passe-t-il si un débris spatial tombe sur votre maison ?

Un débris spatial peut tomber n’importe où sur Terre, même sur votre maison. Les chances que cela se produise réellement sont très minces, mais il existe des lois pour ce genre de situation.

L’exploration spatiale fait avancer l’humanité, mais pas seulement. Elle remplit également le ciel de débris spatiaux. Ces derniers peuvent être des restes de lanceur, des sondes ou des satellites qui ne fonctionnent plus. Environ un demi-million de morceaux de moins de 10 cm sont en orbite autour de la planète. Pour les débris de plus de 10 cm, le compte dépasse les 21 000 pièces. Les déchets spatiaux peuvent rentrer dans l’atmosphère et retomber à la surface. Cela a entre autres été le cas en mai dernier quand les restes d’une fusée chinoise ont terminé au fond de l’océan Indien.

Crédits Hans Braxmeier – Pixabay

Le fait qu’un débris spatial à haut risque s’écrase sur Terre peut avoir de graves conséquences. Au lieu de terminer au fond de l’océan, l’objet peut s’écraser dans une zone habitée, notamment sur une maison. L’Organisation des Nations unies (ONU) a prévu des dispositifs pour faire face à ces cas de figure.

Les gouvernements devront intervenir

Les pays membres des Nations unies ont ratifié en 1967 le Traité de l’espace qui régule les activités relatives à l’exploration et l’exploitation de l’espace extra-atmosphérique. L’organisation internationale a ensuite adopté en 1972 la Convention sur la responsabilité internationale pour les dommages causés par des objets spatiaux. Mais le traité explore davantage la possibilité de la chute d’un débris spatial sur une maison.

Toutefois, les deux textes s’accordent à dire que les gouvernements concernés par l’incident devront résoudre le problème. Ils prévoient des dispositions selon lesquelles les nations impliquées sont responsables, au niveau international, de tout dommage causé par un objet spatial. Cela, même si le dommage a été causé par une entreprise privée.

Prenons l’exemple des débris d’un satellite chinois qui tombent sur une maison en Bretagne. L’État français devra solliciter la Chine par voie diplomatique pour une demande d’indemnisation. Si les Chinois acceptent de dédommager, la France paiera ensuite le propriétaire de la maison.

Le problème de la pollution spatiale

À noter que le traité de 1972 a été sollicité en 1978 lorsqu’un satellite soviétique s’était écrasé dans le nord-ouest du Canada. L’URSS a payé un peu moins d’un million de dollars pour le nettoyage des débris radioactifs.

Les réglementations spatiales actuelles risquent de ne plus suffire avec le nombre croissant des débris extra-atmosphériques. De nombreux pays ont fait de l’exploration spatiale leur priorité. Il va ainsi y avoir de plus en plus de missions.

Par conséquent, la Convention sur la responsabilité internationale pour les dommages causés par des objets spatiaux pourrait de plus en plus être sollicitée. De nouvelles lois sont indispensables afin de dissuader les acteurs de polluer l’espace. Les initiatives d’assainissement – comme la mission ClearSpace-1 de l’Agence spatiale européenne – sont également les bienvenues.