Que se passerait-il si nous faisions exploser une bombe nucléaire dans la Fosse des Mariannes ?

La Tsar Bomba est l’arme de destruction massive la plus dangereuse jamais utilisée. Du moins, elle n’a jamais été larguée sur une ville. Un essai fut réalisé en 1961, provoquant une boule de feu de 7 km de diamètre et un champignon de 64 km de hauteur.

Quelle serait l’ampleur des dégâts si la bombe soviétique explosait dans la fosse des Mariannes ? Aurions-nous même le temps de réaliser ce qui se passerait ?

La puissance de feu de la Tsar Bomba provoquerait probablement la déchirure des plaques tectoniques. S’ensuivraient alors des réactions en chaîne : explosion de volcans sous-marins, séismes, tsunamis…

La plus puissance arme nucléaire raserait certainement des villes entières et de vastes régions deviendraient inhabitables pour n’importe quelle forme de vie.

La Tsar Bomba, l’illustration parfaite de la dissuasion nucléaire

Elle fut larguée en 1961, soit juste avant la crise de Cuba. Le but des Soviétiques était de faire comprendre à Washington qu’ils étaient capables de raser une grande ville comme San Francisco ou New York voire un État aussi vaste que le Texas.

Lors de l’essai, les ondes de choc se sont fait sentir à trois reprises sur toute la planète.

L’explosion de la Tsar Bomba dégagea une énergie estimée à 57 mégatonnes alors que les bombes larguées à Hiroshima et Nagazaki avaient une capacité de 16 kilotonnes. Le scénario imaginé par le YouTubeur Kurzgesagt est donc la collision de cette énergie avec les pressions de la fosse de Mariannes (8 tonnes pour 2.5 cm²), le point le plus profond de la planète.

Un scénario inspiré d’histoires anciennes

Il ne fait aucun doute qu’une telle puissance de feu déclencherait une succession de cataclysmes sous-marins qui déboucheraient sur plusieurs vagues de tsunami. La vidéo ne l’entend pas de même.

D’après le YouTubeur, une telle explosion ne causerait presque aucun dégât. Il avance en effet qu’une bombe nucléaire aussi puissante soit-elle n’est rien par rapport à la nature elle-même.

On pense notamment à Pompéi. La ville fut entièrement ensevelie par les centres après l’éruption du Vésuve en 79 avant J-C. Même chose pour la destruction de cités légendaires comme Sodome et Gomorrhe. Les scientifiques s’accordent à dire aujourd’hui que leur destruction aurait vraisemblablement été précipitée par une éruption volcanique sous-marine.

Celle-ci aurait provoqué l’explosion des réserves de gaz de schiste sur lesquelles les deux villes bibliques étaient bâties.