Quelle est la meilleure matière pour faire son masque ?

Le port d’un masque fait désormais partie des mesures clés de la stratégie pour stopper la propagation du COVID-19 dans le monde. Mais à défaut d’offrir des masques chirurgicaux à toute la population, les spécialistes recommandent les masques en tissu.

Oui, mais les masques en tissu bien faits, sinon ça ne sert pas à grand-chose. Mais alors, quelles matières sont les plus efficaces pour bloquer vos germes et les germes des autres ?

Crédits Pixabay

Des chercheurs du Argonne National Laboratory et de l’Université de Chicago aux États-Unis ont mené l’étude et nous disent quel est le meilleur choix.

La matière idéale pour stopper les plus petites particules de coronavirus

Dans leur rapport, les chercheurs expliquent qu’ils ont effectué des tests en laboratoire sur plusieurs tissus courants, comme le coton, la soie, la flanelle et divers synthétiques, ainsi que sur des combinaisons de ces types de tissus. En somme, l’équipe a constaté que la solution la plus efficace pour filtrer les particules propulsées par spray était une combinaison de plusieurs couches de tissus. Mais attention, un ajustement incorrect du masque peut complètement ruiner cette protection.

Pour mener cette étude, les chercheurs ont testé différentes tailles de particules, allant d’environ 10 nanomètres à 10 micromètres. Pour vous permettre de mieux visualiser, sachez qu’un cheveu humain mesure environ 50 micromètres de diamètre, et un micromètre vaut 1000 nanomètres.

Les particules de coronavirus mesurent quant à elle entre 80 et 120 nanomètres de diamètre.

Les particules utilisées pour les tests étaient donc minuscules, même si la dangerosité de ces minuscules particules aérosolisées fait encore débat. Mais si vous avez un masque qui vous protège contre les petites particules, c’est qu’il vous protégera certainement aussi contre les grosses. Donc, si on s’assure que les matériaux peuvent filtrer les plus petites particules, on s’assure par la même occasion de filtrer les plus grosses particules.

Un masque avec des tissus superposés c’est mieux

À travers son étude, l’équipe de chercheurs a montré que les tissus «hybrides» (c’est-à-dire la superposition de plusieurs matériaux) étaient plus efficaces contre la grande majorité des particules. Des combinaisons comme le coton-flanelle, le coton-mousseline de soie ou le coton-soie ont montré une efficacité de plus de 80% contre les particules de moins de 300 nanomètres, et de plus de 90% contre les particules de plus de 300 nanomètres, écrivent les chercheurs.

Mais attention, cela n’est efficace que si l’on porte le masque correctement. Car dans une seconde partie de l’étude, les chercheurs ont découvert qu’un ajustement incorrect du masque peut entraîner une diminution de plus de 60% de son efficacité.