Quelques détails sur les prochaines puces Apple Silicon

Apple est en ce moment même en train de vivre un tournant majeur de son histoire. Après avoir utilisé les puces de Motorola, IBM et Intel, la marque a en effet décidé de lancer ses propres puces Apple Silicon.

La première est connue. Il s’agit du M1 et elle vise à la base le segment grand public. Embarquée à bord des derniers MacBook Air, Mac Mini et MacBook Pro 13 pouces, elle a cependant surpris tout le monde en proposant dans certains cas des performances bien supérieures à celles des gros processeurs Intel, Core i7 et Core i9 en tête.

Crédits Apple

Plus stupéfiant encore, en dépit de sa toute nouvelle architecture, cette puce est suffisamment puissante pour faire tourner les plus gros titres du moment, y compris ceux qui n’ont pas été écrits pour elle.

Pour Apple, le M1 n’est que le début

Apple a donc marqué un premier essai, mais la marque ne compte bien entendu pas en rester là, et elle travaille actuellement sur d’autres puces encore plus puissantes.

Des puces qui seront annoncées l’année prochaine et qui se destineront aux iMac et au MacBook Pro 16 pouces.

Or justement, Bloomberg s’est laissé aller à quelques pronostics particulièrement intéressants.

Le M1 est gravé en 5 nm et il compte 16 milliards de transistors différents. L’architecture est intéressante et elle se veut finalement assez proche de ce que proposent les puces présentes à bord de nos iPhone et de nos iPad. Le SoC se composé en effet d’un CPU et d’un GPU, avec de la mémoire unifiée partagée entre tous les composants.

La partie CPU repose sur 8 coeurs différentes répartis en deux clusters, ou deux sous-ensemble : un premier cluster avec 4 coeurs rapides pour les tâches les plus gourmande et un second avec 4 coeurs basse consommation pour les opérations simples.

A lire aussi : Une puce M1X pour le MacBook Pro 16 pouces ?

Vers des puces Mx à 8, 12 ou 32 coeurs haute performance ?

Le GPU regroupe lui aussi 8 coeurs différents, et on trouve en prime un moteur neuronal composé de 16 coeurs. Moteur capable de gérer 11 trilliards d’opérations à la seconde.

Bloomberg, de son côté, a entendu dire que la firme travaillerait désormais sur de nouvelles puces beaucoup plus ambitieuses. La plus impressionnante de toutes embarquerait un CPU composé de deux clusters, toujours, mais avec 16 coeurs pour les tâches les plus gourmandes et quatre autres pour les opérations communes. Soit un total de vingt coeurs différents.

Attention cependant, car cette puce serait encore loin d’être finalisée. Toujours selon Bloomberg, Apple travaillerait également sur deux autres variantes un peu moins ambitieuses avec 8 et 12 coeurs haute performance et 4 coeurs basse consommation. Pour un total de 12 ou 16 coeurs suivant la configuration.

A lire aussi : Les Mac M1 pulvérisent tous les records sur AnTuTu

Et des GPU à 16, 32, 64 et 128 coeurs en prime

Il y a plus cependant. D’après les indiscrétions de nos confrères, d’autres puces encore plus haut de gamme seraient aussi à l’étude, cette fois pour les ordinateurs de bureau haut de gamme. Et donc, on l’imagine, pour l’iMac Pro et le Mac Pro. Cette fois, les sources de Bloomberg font état d’architectures comprenant jusqu’à 32 coeurs haute performance.

Bon, et pour le GPU, alors ? Apple serait une fois encore en train de tester plusieurs configurations, avec des GPU composés de 16 à 32 coeurs pour ses laptops haut de gamme et ordinateur de bureau milieu de gamme, et des GPU à 64 ou 128 coeurs pour ses machines fixes haut de gamme.

Alors bien sûr, comme à chaque fois, il est toujours préférable de garder les pieds sur terre. Maintenant, quand on voit les performances atteintes par le M1, il est très difficile de ne pas se montrer enthousiaste face à toutes ces informations.

Mots-clés apple