Quelqu’un a dépensé 150 000 $ en micro-transactions dans un jeu mobile Transformers

Quand on aime, on ne compte pas. Il semble que cette affirmation soit vraie surtout quand on est gamers et qu’on n’hésite pas à dépenser des sommes faramineuses dans ses jeux préférés. Actuellement, les microtransactions sont de plus en plus courantes dans l’univers du jeu mobile et cela donne plus de raisons à nos joueurs de se ruiner.

Le concept est simple, pour obtenir des objets ou avoir des bonus, il faut dépenser une certaine somme d’argent dans leur jeu. Si ce système de monétisation ne fait pas l’unanimité auprès des critiques, les joueurs, eux, ne trouvent rien à y redire et sont même plutôt généreux.

Crédits Pixabay

Certains n’ont d’ailleurs pas peur de faire des folies, comme ce joueur qui a dépensé 150 000 $ en microtransactions dans un jeu mobile Transformers.

Des microtransactions mystérieuses

L’histoire de ce joueur qui a dépensé 150 000 $ en microtransactions a été dévoilée par Henry Fong, PDG de Yodo1, qui est un éditeur et un studio de développement de jeux mobiles, lors de la conférence annuelle Game ConnectAsia Pacific. Ce joueur a dépensé cette somme faramineuse dans le jeu « Transformers : Earth Wars ».

La somme dépensée par ce gamer dépasse de loin les microtransactions effectuées par les joueurs les plus dépensiers, appelés « whales » ou baleines, qui plafonnent généralement à des centaines de dollars. Sur Twitter, les internautes n’ont pas manqué de réagir face à la révélation d’Henry Fong et ont indiqué que pour ce prix, ce joueur aurait pu s’acheter une Porsche 911 ou une AMG GT.

Les plus dépensiers traqués par un bot

Durant cette conférence, Henry Fong n’a pas souhaité s’épancher sur le cas de ce joueur dont il n’a pas révélé l’identité. Le PDG de Yodo1 a préféré se concentrer sur la présentation d’un bot capable de déterminer le comportement des joueurs et de voir lesquels étaient les plus dépensiers.

Ce bot, basé sur la machine learning, a été conçu par l’éditeur Backflip Studios et aurait un taux de réussite de 87 %. En tout cas, ce qui est sûr c’est qu’il n’aura pas l’occasion de chômer au vu de tous les joueurs qui se font un plaisir de dépenser leur argent dans des microtransactions.

D’après Henry Fond, le taux de réussite de ce bot pourrait être poussé jusqu’à 95 %.

Mots-clés youtube