Quels sont les groupes sanguins les plus répandus en France ?

Tous les individus ne sont pas égaux face à leur sang. Il existe en effet plusieurs groupes et plusieurs rhésus différents. Et justement, quelle est la répartition exacte de ces groupes en France ?

Mais avant de commencer, sans doute est-il préférable de commencer par expliquer comment fonctionnent les groupes sanguins.

Des éprouvettes contenant du sang
Image par fernando zhiminaicela de Pixabay

A l’origine, la composition du tissu sanguin est la même pour tous les individus et il assure également les mêmes fonctions.

A lire aussi : Cette maladie qui rend le sang vert

Les différences entre les groupes sanguins

Ce qui varie, donc, ce sont les molécules et les antigènes. Ils changent en effet d’une personne à l’autre. Chacun possède donc ses propres globules rouges, ses propres globules plans, ses propres plaquettes, mais aussi ses propres protéines du plasma.

Ce sont ces différences qui définissent les groupes sanguins. Et le premier à l’avoir fait n’est autre que Karl Landsteiner. En 1901, ce biologiste a en effet identifié les groupes sanguins. Et s’il était passé à côté du facteur rhésus, ses recherches ont tout de même contribué à redéfinir la médecine moderne.

Il existe donc plusieurs groupes sanguins et plusieurs rhésus. Toutefois, certains groupes sont compatibles entre eux. Il est bien entendu indispensable de connaître ces compatibilités afin de ne pas déclencher une réaction qui pourrait être fatale.

Les compatibilités entre les groupes sanguins

Si les receveurs peuvent bien entendu être transfusés avec du sang du même groupe, il leur arrive également d’être compatibles avec d’autres groupes, dans un sens comme dans l’autre.

Les gens du groupe O+, par exemple, peuvent donner leur sang à des gens du groupe A+, B+ ou encore AB-. Ceux du groupe O- sont pour leur part des donneurs universels et leur sang peut donc être reçu par tout le monde.

Certains groupes en revanche plus limités. C’est par exemple le cas des individus du groupe AB+ qui ne peuvent donner leur sang qu’à des personnes du même groupe.

La répartition des groupes sanguins en France

Vous vous en doutez certainement, mais les autorités sanitaires suivent avec précision la répartition des groupes sanguins et des rhésus en France.

Il existe en effet des inégalités flagrantes entre les groupes et les connaître permet d’anticiper les besoins futurs en termes de transfusion.

Voici donc la répartition des groupes sanguins en France :

  • O+ : 36 % ;
  • O- : 6 % ;
  • A+ : 37 % ;
  • A- : 7 % ;
  • B+ : 9 % ;
  • B- : 1 % ;
  • AB+ : 3 % ;
  • AB- : 1 % ;

Il existe un groupe très rare

Comme vous pouvez le constater, les rhésus positifs sont plus répandus que les rhésus négatifs pour un même groupe. Précision qui peut avoir son importance, le système rhésus renvoie en réalité à la présence ou l’absence de l’antigène D sur les globules rouges. S’il est présent, alors le rhésus est positif. Si ce n’est pas le cas, il est négatif.

Mais en plus de cela, il existe aussi un groupe très rare, qui n’est ni A, ni B, ni AB et ni O. Il est appelé “Bombay”, mais il touche une personne sur un million en Europe.

Toujours est-il, quel que soit le groupe, les soignants ont besoin de stock. Si vous voulez donner votre sang, vous pouvez donc vous rendre sur le portail de l’EFS, à cette adresse.