Nostradamus : pharmacien, auteur, astrologue, qui était-il vraiment ?

Nostradamus est né le 14 décembre 1503 à Saint-Rémy-de-Provence. Son vrai nom était Michel de Nostredame, et on le connait surtout pour son ouvrage intitulé « Les Prophéties » dans lequel celui qui était médecin et astrologue prédit un grand nombre de calamités et de catastrophes. Cette œuvre a été publiée pour la première fois en 1555 et continue aujourd’hui d’être analysée de près par les spécialistes.

D’après certains, les prophéties de Nostradamus auraient prédit par exemple le grand incendie de Londres de 1666, la Révolution française, mais aussi la Seconde Guerre Mondiale. Aujourd’hui, on dit même que Nostradamus a également prédit la pandémie de Covid-19. Ainsi, cet homme est considéré comme un prophète par ceux qui voient dans ses œuvres des prédictions exactes du futur de l’humanité.

La photo d'une horloge
Crédits Pixabay

Nostradamus est né dans une famille de catholiques ayant rejoint récemment la religion. Selon les informations, il se serait inscrit à l’Université de Montpellier pour devenir docteur en médecine. Au cours de sa carrière, il a pratiqué en tant que médecin dans le Sud et le Sud-Ouest de la France, notamment dans les années 1530. Ayant également été apothicaire, Nostradamus préparait ses propres médicaments et on lui a même demandé de soigner des personnes atteintes de la peste dans les villes de Marseille, Aix et Lyon.

A lire aussi : Nostradamus : les “prédictions” pour l’année 2018

Nostradamus et l’astrologie

Nostradamus était médecin, mais il a aussi commencé à étudier l’astrologie. D’après l’historien Denis Crouzet, qui est professeur à l’Université de Sorbonne, ce fait n’est pas vraiment étonnant puisqu’à l’époque, on croyait que les planètes avaient une influence sur la santé des humains, notamment sur les différents organes. Ces influences pouvaient être bénéfiques ou maléfiques.

On sait également que la médecine médiévale tendait à se tourner vers l’approche « aériste ». D’après cette façon de penser, la pestilence de l’air serait la cause des épidémies.  Cette pestilence est accentuée par la putréfaction des corps. Ainsi, en octobre 1348, l’Université de Paris expliquait que la corruption de l’air était derrière l’apparition de la peste noire qui était en train de ravager le royaume. Cette corruption de l’air était selon les savants de l’époque due à la conjonction des planètes Mars, Jupiter et Saturne dans le signe du Verseau en 1345.

Les prophéties de Nostradamus

Nostradamus a commencé à publier des prédictions chaque année à partir de l’année 1550. Il s’agissait d’une « Pronostication » pour révéler des événements de l’année à venir. Quant à ses Prophéties, la première édition est sortie en 1555, et celle-ci regroupe 353 quatrains. La dernière édition a été publiée après sa mort et est constituée de 900 quatrains.

Nostradamus est devenu de plus en plus célèbre pour ses travaux en médecine et ses écrits. Le plus célèbre des quatrains réputés prophétiques de l’homme est le 35ème de la première centurie. Ce quatrain aurait annoncé la mort du roi Henri II. Ce dernier a participé à un tournoi de chevalerie où il a affronté le comte de Montgomery en juin 1559. Il a été touché en plein œil par la lance de son adversaire. Dix jours plus tard, il mourrait à cause de sa blessure.

Selon les spécialistes, ce qui a vraiment séduit les interprètes et les adeptes d’ésotérisme dans les prophéties et prédictions de Nostradamus, c’est surtout le style qui est à la fois énigmatique et évocateur. D’après Denis Crouzet, Nostradamus est « le visionnaire d’un futur d’angoisses qui ne doit connaître nul répit parce que l’homme s’est laissé aller à oublier Dieu ». Les écrits de l’astrologue montrent ainsi la colère de Dieu face aux transgressions commises par l’humanité.

Pour Denis Crouzet, c’est presque « malgré lui » que Nostradamus a évolué dans le climat eschatologique qui est caractéristique du 16ème siècle. Crouzet considère que le médecin astrologue était un « humaniste évangélique » sous l’influence d’Erasme.