Réapparition du Saki à visage chauve de Vanzoloni au Brésil

De nombreuses espèces animales ont disparu depuis quelques décennies. Certaines d’entre elles n’ont tout simplement pas survécu à cause des changements climatiques et environnementaux. Cette année, un singe disparu depuis plus de quatre-vingts ans est pourtant réapparu au Brésil. Cette découverte prouve qu’il existe encore certaines parties de la planète ayant gardé leur état naturel d’origine.

Ce singe considéré comme disparu a été découvert par une équipe de chercheurs scientifiques dans la vaste forêt d’Amazonie pendant une expédition nommée « Houseboat Amazon ». Après quelques temps de recherches, le Saki à visage chauve de Vanzoloni n’a pas tardé à réapparaître.

Singe

Maintenant qu’il a été découvert, espérons qu’il ne disparaisse pas comme le sont déjà de nombreuses espèces.

Les caractéristiques de l’espèce

Le Saki à visage chauve de Vanzoloni ou Pithecia vanzolinii a été découvert en 1936 par le naturaliste équatorien Alfonzo Olalla lors d’une expédition menée au Brésil, sur la rivière Juruá. Par contre, personne n’a jamais pu prouver son existence jusqu’à cette année 2017.

Le Pithecia vanzolinii est un grand singe noir et blond de grande taille. Il a été dénommé ainsi en hommage à Paulo Emilio Vanzolini, un zoologiste brésilien. De nombreuses espèces lui ressemblent à quelques détails près, mais il se reconnaît surtout par sa coupe de cheveux « retro ».

Une espèce qui inquiète déjà les zoologistes

Des mesures interdisant la chasse dans la forêt amazonienne ont déjà été prises depuis 1967. Par contre, il est difficile pour les autorités compétentes d’appliquer ces mesures dans les régions éloignées comme Juruá. La récente découverte du Saki à visage chauve risque donc d’attirer les braconniers dans cette partie de la forêt.

Son habitat ne connaît pas encore de menaces, mais les scientifiques sont quand même inquiets à cause de la déforestation intensive actuelle au Brésil. L’existence de ce singe pourrait vite se retrouver menacée avec la destruction de son habitat naturel.

D’un côté, cette découverte ne manquera pas d’attiser la curiosité des scientifiques. D’un autre côté, sa présence va attirer toutes sortes de personnes : les zoos, les collectionneurs, les braconniers, les chasseurs, etc. En d’autres termes, sa présence fascine et elle représente un danger pour sa propre survie.

Mots-clés animaux