Réchauffement climatique : Amazon menace de licencier les employés qui se plaignent des pratiques de l’entreprise aux médias

Au cours des deux dernières années, l’industrie de la technologie a été secouée par l’activisme très prononcé des employés des Big Tech. Citons, par exemple, le géant de la recherche Alphabet – et société mère de Google – qui a fait une croix sur un programme de drones pour le ministère américain de la Défense et un contrat de services cloud pour le Pentagone après que ses employés ont exprimé leur contestation. Ce fut également le cas des employés de Microsoft et de Salesforce qui ont mis la pression sur leurs dirigeants concernant les relations des entreprises avec les services d’immigration et de douanes américaines.

Si, un peu partout, les dirigeants des grandes firmes technologiques flanchent sous la pression de leurs employés, il y a une entreprise qui semble ne pas vouloir renverser le contrôle employeur-employés.

Il s’agit d’Amazon. En effet, alors qu’un groupe d’employés d’Amazon militant pour la protection de l’environnement, Amazon Employees For Climate Justice, a enjoint publiquement l’entreprise de prendre plus d’engagements dans la lutte contre le changement climatique, la réponse de la firme n’a pas été celle escomptée, rapporte Bloomberg le 2 janvier 2020.

En réponse à la requête publique de ses salariés, Amazon a envoyé des lettres aux membres du groupe pour leur faire savoir qu’ils pourraient être licenciés en continuant à parler publiquement des affaires internes de l’entreprise aux médias.

Amazon vivement critiqué par ses employés en raison de son énorme empreinte carbone

En 2019, plus de 8.000 salariés ont adressé une lettre ouverte à Jeff Bezos, fondateur et PDG d’Amazon, lui demandant de réduire les émissions de carbone d’Amazon et de mettre fin à l’utilisation des combustibles fossiles ainsi qu’à la collaboration de l’entreprise avec les sociétés pétrolières qui utilisent la technologie d’Amazon pour localiser de nouveaux combustibles fossiles.

Le problème, c’est qu’Amazon s’appuie effectivement sur les combustibles fossiles pour alimenter les camionnettes, camions et avions transportant ses colis dans le monde entier. Ce qui génère une très forte empreinte carbone.

D’ailleurs, en septembre 2019, Amazon a pour la première fois publié les détails sur son empreinte carbone…ce qui s’apparente aux émissions d’un petit pays. Les salariés d’Amazon ont, à plusieurs reprises, fustigé les pratiques de leur employeur.

Amazon préférerait que les employés fassent part de leurs suggestions… en interne

Le géant du commerce en ligne a fait par le biais de son porte-parole, Jaci Anderson qui a déclaré dans un courriel que les employés sont « encouragés à travailler au sein de leurs équipes » et peuvent suggérer « des améliorations par le biais de ces canaux internes ».

Selon un porte-parole d’Amazon Employees for Climate Justice, deux personnes ont été menacées de licenciement et quatre personnes au total ont été informées qu’elles transgressaient les politiques de l’entreprise en s’adressant à la presse et sur les réseaux sociaux. Maren Costa, un concepteur d’expérience utilisateur, concerné par la menace de licenciement,  déclaré dans un communiqué que « ce n’est pas le moment de tirer sur les messagers. Ce n’est pas le moment de faire taire ceux qui s’expriment ».