Reconnaissance faciale : les terminaux de OnePlus et Samsung bernés par une tête en plâtre

Voilà une expérience dont Samsung et OnePlus se seraient probablement bien passés. Sur Android, les technologies de reconnaissance faciale sont loin d’arriver à hauteur des promesses formulées par certains leaders du marché, et pour le prouver, Forbes s’est attaché à tester les technologies d’identification faciale de 4 smartphones : les Samsung Galaxy S9 et Note 8, le OnePlus 6 et le LG G7 ThinQ. Pour y parvenir, Thomas Brewster, journaliste spécialisé dans les questions de sécurité digitale, a prêté sa tête à la science… ou presque. En se tournant vers une start-up britannique, l’intéressé a pu faire scanner ses traits en 3D pour imprimer une copie quasi parfaite de son visage.

Un moulage en plâtre plus loin et Thomas Brewster était détenteur d’une deuxième caboche à brandir devant les capteurs des smartphones précédemment cités, pour un bilan sans appel. Malgré leur bonne volonté, OnePlus et Samsung sont dans les choux, tandis que LG s’en sort mieux (sans pour autant être infaillible) et que Face ID – également testé – domine de loin les débats.

Forbes a fait passer 4 smartphones Android au banc d’essais pour évaluer les capacités de leurs technologies de reconnaissance faciale. Sans grande surprise, la sécurité n’est pas leur fort.

Testés dans des conditions de luminosité variées (sur certains modèles, les lumières tamisées semblent plus propices à mettre en exergue les faiblesses de leur reconnaissance faciale), et au travers des différents modes d’identification proposés en fonction des marques, les smartphones passés au crible par Forbes ont permis d’établir un classement au débotté. OnePlus y est en queue de peloton, tandis qu’Apple reste, sans difficulté aucune, au-dessus de la mêlée.

Un bonnet d’âne pour OnePlus et Samsung… mais des prestations honorables pour le mal-aimé G7 ThinQ

De manière concrète, il ne faut pas trop compter sur l’identification faciale proposée par OnePlus pour sécuriser son smartphone. La tête en plâtre imprimée par Forbes est ainsi parvenue à déverrouiller le OnePlus 6 en un demi clin d’œil. Le constat est à peine meilleur pour Samsung, qui vend pourtant ses smartphones à des tarifs sensiblement supérieurs de ceux commercialisés par la filiale d’Oppo. La marque coréenne propose deux modes d’identification par reconnaissance faciale, l’un est rapide, mais peu sécurisé, l’autre, plus lent, est censé être plus fiable. Dans les faits, en prenant son temps et en passant le cas échéant sur un éclairage moins lumineux, les Galaxy S9 et Note 8 sont l’un comme l’autre berné en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, et ce, qu’importe le mode employé.

LG parvient à sauver l’honneur de la reconnaissance faciale sous Android avec son G7 ThinQ. A peine lancé, déjà oublié dirons certains… peut-être, mais le terminal a réussi à donner du fil à retordre à Thomas Brewster et sa deuxième tête. Seul le mode rapide de la reconnaissance faciale mise au point par LG aura été trompée, mais au bout de plusieurs essais, et en mettant une lumière tamisée à contribution.

L’iPhone X (et par extension, les modèles Xr et Xs lancés cette année) reste la solution la plus sûre en la matière. Les investissements d’Apple sur la technologie Face ID portent leur fruit, Forbes n’ayant pas réussi à déverrouiller l’appareil en louvoyant.

Reste que pour un expert en sécurité interrogé par le magazine, la reconnaissance faciale, même chez Apple, a ses limites. L’intéressé pointe que pour quelqu’un de motivé, les mesures d’identification biométriques ne sont pas un obstacle suffisant. Un bon vieux mot de passe combinant chiffres et lettres demeure encore le moyen le plus sûr de protéger son mobile des intrusions.

Crédit illustration : Capture d’écran / Forbes