Nouveau record pour le soleil artificiel de KSTAR en Corée du Sud

Le soleil artificiel sud-coréen, également connu sous le nom de Korea Superconducting Tokamak Advanced Research (KSTAR) est un dispositif de fusion supraconducteur permettant de recréer les réactions de fusion qui se produisent à l’intérieur du Soleil sur Terre. Dans ce dispositif, les isotopes d’hydrogène sont portés à un état de plasma afin de séparer les ions des électrons en maintenant l’ensemble à des températures élevées.

En novembre, dans le cadre d’une recherche conjointe réalisée entre l’Université nationale de Séoul (SNU) et l’Université de Columbia (États-Unis), le centre de recherche KSTAR de l’Institut coréen de l’énergie de fusion (KFE) a réussi à faire fonctionner le plasma en continu pendant 20 secondes avec une température ionique supérieure à 100 millions de degrés Celsius.

Plasma

Crédits Pixabay

KSTAR a ainsi battu le dernier record du monde en prolongeant de plus de 2 fois la durée de rétention de 8 secondes de la campagne 2019. Pour information, KSTAR a atteint pour la première fois une température de plasma de 100 millions de degrés avec un temps de rétention de 1,5 seconde en 2018.

Un palier pour la maîtrise de l’énergie d’une fusion nucléaire

Le KSTAR est un centre de recherche de l’Institut sud-coréen de recherches KFE, un organisme de recherches indépendant. À terme, l’ultime objectif de KSTAR étant de réussir d’ici cinq ans à faire fonctionner le réacteur en continu sur 300 secondes avec une température ionique supérieure à 100 millions °C.

Jusqu’à présent,  le dispositif KSTAR et le centre KFE comptent un total de 110 expériences sur le plasma y compris pour son fonctionnement à haute performance et l’atténuation de sa perturbation à travers des mesures de confinement et de conservation.

Avec cette réussite, le dispositif supraconducteur de KSTAR sera désormais reconnu comme une base incontournable pour l’étude du plasma de fusion à haute performance en régime permanent.

Une température de 100 millions °C pendant plus de 10 minutes

Jusqu’à présent, aucun autre dispositif de fusion n’a réussi à gérer du plasma pendant plus de 10 secondes à une température supérieure ou égale à 100 millions de degrés. C’est la limite opérationnelle d’un dispositif à conduction normale.

Cette année, le KSTAR a donc réussi à dépasser cette limite en améliorant les performances du mode de barrière de transport interne (ITB). D’ailleurs, le succès de KSTAR à maintenir le plasma à haute température pendant une longue période représente un tournant important dans la course à la sécurisation des technologies du genre pour une longue opération de manipulation de plasma à haute performance.