Il y a des reliques nazies dans les caves du Sénat

Des journalistes français ont mis au jour des reliques nazies conservées au Sénat, la chambre haute du Parlement français. Cette découverte semble avoir été une surprise pour le personnel de l’établissement, ainsi que pour les sénateurs. Dans tous les cas, l’incident s’avère délicat pour l’image de l’institution, censée incarner austérité et droiture.

En 1940, l’armée de l’air allemande a siégé dans le palais du Luxembourg. Le bunker qui a été aménagé sous le jardin constitue un triste rappel de cette période sombre de l’histoire. Le 25 août 1944, les nazis sont partis en défigurant complètement le lieu et en y laissant quelques mobiliers, ainsi que d’autres objets tenus secrets.

Image par Jacques GAIMARD de Pixabay
Image par Jacques GAIMARD de Pixabay 

L’investigation a été longue et semée d’embûches. Qui plus est, le résultat a été qualifié de « fake » par le cabinet du président du Sénat. Néanmoins, Le Quotidien a trouvé le moyen de faire la lumière sur l’affaire.

Un buste d’Hitler secrètement conservé dans la chambre haute

Parmi les mobiliers susmentionnés, il y avait un appareil respiratoire allemand, une lampe, un drapeau nazi de 2×3 mètres et un buste d’Adolph Hitler haut de 35 cm. C’est ce dernier qui rend la découverte plutôt étrange.

Cet objet n’a jamais été répertorié ou mentionné depuis l’existence du mouvement nazi, il y a 76 ans. En plus, il ne se trouvait pas dans le bunker, mais dans un autre endroit du palais.

« Le buste devait être dans un bureau de l’occupant. Il est toujours resté en réserve, il n’en est jamais sorti. Personne ne s’en est occupé, je ne vois pas ce qu’on peut en faire. »

Damien Déchelette, actuel architecte en chef du Sénat

Des bureaux ornés de l’aigle du 3e Reich

Les journalistes ont également rapporté que le personnel a longtemps travaillé sur des bureaux ornés de l’aigle du 3e Reich.

« Pourquoi ces objets ont été conservés au Sénat plutôt que d’être dévoilés au grand public dans une démarche historique et éducative ? On ne garde pas un buste d’Hitler au Sénat, c’est insensé ! »

Le sénateur (LR) Roger Karouchi

Jusqu’à présent, le mystère demeure entier. L’ensemble de ces artefacts n’a pas encore été révélé au public ni aux journalistes. L’on doit pour l’instant se contenter des clichés et des quelques documents explicatifs envoyés par le service communication du Sénat.