Réseau 5G : le Portugal envisage aussi d’exclure Huawei !

Petit à petit, Huawei est en train de perdre la course aux 5G. En effet, selon les dernières informations, le Portugal envisage aussi d’exclure le géant asiatique de la technologie de ce projet.

Le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon, la Suède, le Danemark, la Suède, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie ont déjà interdit à Huawei d’intégrer ce marché.

Huawei
©_fla/123RF.COM

Un acteur majeur exclu

Même si Huawei est un acteur majeur dans la mise en place du réseau 5G, plusieurs pays n’ont pas hésité à le mettre à l’écart de ce projet. Aujourd’hui, la menace pourrait venir du Portugal. Le Conseil supérieur portugais pour la cybersécurité CSSC est un organe consultatif du Premier ministre portugais. Dans son dernier rapport en date du 23 mai dernier, celui-ci fait référence à la possibilité d’une interdiction d’utiliser des équipements chinois pour les réseaux mobiles 5G par les opérateurs de télécommunications. Cette restriction pourrait également être étendue aux plates-formes 4G sur lesquelles repose la nouvelle technologie haut débit.

Le CSSC a annoncé que le gouvernement a déclaré que les entreprises basées en dehors de l’Union européenne ou de pays qui ne font pas partie de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) ou de l’Organisation de coopération et de développement économiques ( OCED) présentaient un « risque élevé » pour la sécurité des réseaux sans fil du pays. Toutefois, ce document ne fait pas spécifiquement référence à Huawei. Il concernera également les autres sociétés chinoises, comme ZTE, si le cabinet approuve la recommandation du conseil de sécurité.

La confidentialité des données en cause

Le conseil recommande alors aux opérateurs locaux de ne pas s’approvisionner en équipements 5G auprès d’entreprises situées en dehors de ces juridictions. Ainsi, même si l’interdiction du dragon chinois de la technologie au Portugal n’est encore qu’une hypothèse, les principaux opérateurs comme la taille, NSA et Vodafone, ont déclaré qu’ils n’utiliseront pas d’équipement de marque Huawei pour les réseaux 5G.

De son côté, Huawei a affirmé qu’elle n’avait « aucune connaissance préalable de cette affaire et n’a pas été consultée à ce sujet ». La crainte repose sur le risque pour la confidentialité des données qui transitent par ce réseau. L’argument principal reste toujours la législation chinoise qui prévoit que les entreprises chinoises sont obligées de collaborer avec le gouvernement et le renseignement si nécessaire.

source

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.