Réseau internet mondial : OneWeb n’a finalement pas offert de participation à la Russie

OneWeb, l’entreprise satellitaire des États-Unis, a déclaré le vendredi 28 décembre 2018 qu’elle n’avait pas offert de participation dans son entreprise au gouvernement russe. Pourtant, trois sources proches de l’affaire, dont une au Kremlin, ont déclaré auparavant que OneWeb voulait vendre 12,5% de part de la société à la Russie en échange de son autorisation pour établir une bande de fréquences dans le pays.

La start-up, basée en Virginie, projette effectivement de créer un réseau internet mondial en utilisant des centaines de satellites.

Selon les sources, si la Russie avait acquis cette participation minoritaire dans OneWeb, elle aurait non seulement eu accès à la documentation technique du projet, mais elle aurait aussi été représentée au conseil d’administration de la société.

De plus, ce pourcentage minoritaire devait, selon les plans de la start-up, apaiser les inquiétudes de Moscou sur l’utilisation de ce réseau satellitaire. Selon les mêmes sources, cette proposition a été faite plutôt en 2018 au cours d’une réunion avec le Premier ministre Dimitry Medvedev.

Un projet qui ne sied pas à la Russie

En effet, la Russie ne voit pas d’un bon œil le projet de OneWeb. D’ailleurs, une des sources a confié qu’un responsable du gouvernement russe a déclaré que le gouvernement n’était pas satisfait des conditions relatives à l’achat de la participation étant donné que le gouvernement voulait d’abord avoir accès à la documentation technique avant de s’engager dans la transaction.

Le Service de sécurité fédéral russe (FSB) a même publié une déclaration en octobre 2018 disant qu’il était contre l’idée d’offrir un accès internet aux régions isolées du pays. La raison évoquée étant que ce réseau de satellites pourrait être utilisé pour collecter des informations et nuire à la sécurité nationale.

OneWeb se passera-t-elle de l’avis de la Russie ?

La Russie est effectivement un marché important pour le projet OneWeb puisqu’elle compte de nombreuses régions isolées dans lesquelles il n’y a pas d’accès haut débit à internet. Toutefois, OneWeb a déclaré publiquement sur son site officiel qu’il n’a pas proposé de vendre une participation au gouvernement russe.

De plus, l’agence de presse d’État russe TASS a déclaré que le ministre russe des Communications a affirmé que le gouvernement n’a jamais discuté d’un tel accord avec la start-up. En tout cas, le projet de OneWeb est de créer un réseau de 900 satellites que la start-up déploiera à l’aide de 21 lanceurs russes Soyouz provenant du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, et du Centre spatial Guyanais.

Normalement, le premier satellite devrait être envoyé en orbite avant février 2019.

Mots-clés oneweb