Les réseaux sociaux provoqueraient l’apparition de tics chez les ados

TikTok est le réseau social où les tendances se font et se défont. Chaque jour, on voit apparaître sur la plateforme de nouveaux challenges qui suscitent le buzz. Si certaines des tendances qui voient le jour sur TikTok sont inoffensives, d’autres inquiètent les chercheurs. Actuellement, certains d’entre eux accusent le réseau social de provoquer l’apparition de tics chez les ados.

D’après les experts, ce phénomène toucherait surtout les adolescentes et les jeunes femmes. Les tics qu’elles développent seraient assez semblables à ceux qui caractérisent le syndrome de la Tourette. À l’heure actuelle, les chercheurs tentent de savoir comment un réseau social peut être à l’origine de tics chez des ados.

TikTok sur un iPhone
Crédits Pixabay

Étant donné que ce phénomène a commencé à se répandre durant la pandémie, il privilégie notamment la piste du stress dû à l’isolation.

Des tics et de l’anxiété

Les chercheurs prennent très au sérieux ce problème. En août 2021, une étude publiée dans la revue Movement Disorders a rapporté une hausse inquiétante du nombre de jeunes filles âgées de 12 à 25 ans ayant développé des tics durant la pandémie de Covid-19. Cette étude fait une distinction claire entre le syndrome de la Tourette et le mal qui touche les ados accros à TikTok.

Le plus souvent, le syndrome de la Tourette affecte les gens dès leur plus jeune âge. Dans la plupart des cas, il touche les garçons. D’autre part, les tics causés par le syndrome de la Tourette sont moins violents. Les personnes dont les tics sont causés par les réseaux sociaux présenteraient, quant à elles, des signes d’anxiété et des troubles de l’humeur.

A lire aussi : Devenez expert en langage corporel avec TikTok

« Une épidémie dans la pandémie »

Les experts affirment que de plus en plus de jeunes souffrent de tics causés par les réseaux sociaux. Et cela les inquiète beaucoup. Le neurologue Davide Martino de l’Université de Calgary parle même d’une « épidémie dans la pandémie. »

À en croire Davide Martino, les parents des jeunes ayant développé des tics à cause des réseaux sociaux se sentiraient actuellement désemparés. La plupart des adolescents touchés seraient en effet incapables de contrôler leurs tics.

« Certains des patients et des familles auxquels nous parlons sont désespérés ; nous avons besoin de compassion et d’investissement pour essayer de les aider », explique-t-il.