Retour sur la controverse suscitée par Cannibal Holocaust

Difficile de parler de films d’horreur sans évoquer le très perturbant Cannibal Holocaust. Sorti en 1980, ce long-métrage italien n’a laissé personne indifférent. Cannibal Holocaust retrace l’histoire d’une équipe de journalistes tombée entre les mains d’une tribu de cannibales vivant en plein cœur de la jungle amazonienne.

Si les scènes de violence et la vue du sang vous révulsent, alors passez votre chemin. Au programme de Cannibal Holocauste : tortures, viols, amputations et meurtres. Ce film est d’une telle violence qu’environ 40 pays ont interdit sa diffusion au moment de sa sortie.

La jaquette du jeu inspiré du film Cannibal Holocaust
La jaquette du jeu inspiré du film Cannibal Holocaust

En plus d’être choquantes, les scènes de meurtre dépeintes dans Cannibal Holocauste étaient très réalistes. À tel point qu’elles ont mené le réalisateur Ruggero Deodato en prison.

A lire aussi : Les 5 villes où vous aurez le plus de chances de survivre à une apocalypse zombie

De la cruauté animale

Dans Cannibal Holocauste, il n’y a pas que les humains qui souffrent. D’après nos confrères du site Slash Film, plusieurs animaux ont été tués pour les besoins du long-métrage. Dans certaines scènes, on peut voir les indigènes tuer un cochon, une araignée, un singe et une tortue de façon très violente. Malheureusement, ce n’était pas de la mise en scène.

Ruggero Deodato a déclaré qu’en tuant ces animaux, il voulait tester une théorie. Il pensait que le fait de combiner de vraies scènes de violence ou de mort avec des scènes de violence montées de toutes pièces allait les rendre encore plus grotesques. Grâce à cela, Ruggero Deodato  a pu filmer des scènes de meurtre très réalistes. Bien entendu, personne n’a été tué sur le tournage du long-métrage.

A lire aussi : 4 films de zombies à découvrir sur Amazon Prime Vidéo en juillet 2021

Ruggero Deodato accusé de meurtres

Pour alimenter les discussions autour de son film, Ruggero Deodato a fait signer un contrat un peu particulier aux acteurs. Il leur a demandé de ne pas sortir en public l’année suivant la sortie de Cannibal Holocaust. Le réalisateur voulait faire croire que tout ce qui s’était passé dans le film était vrai.

Ce qu’il ignorait, c’est que cela s’est retourné contre lui. En effet, après cela, Ruggero Deodato a été arrêté pour meurtre. Pour prouver son innocence, il a dû demander à un des acteurs du film de se présenter à la cour.

Au final, Ruggero Deodato a été libéré. Il a juste été accusé de cruauté animale. Cannibal Holocauste, quant à lui, a été banni des salles obscures pendant trois ans.