Retour sur le vampirisme clinique

Les vampires, on en entend parler tout le temps. Que soit dans la littérature à travers des œuvres comme Dracula, de Bram Stoker, ou au cinéma à travers des films comme Blade. Beaucoup de gens croient que le vampirisme relève du mythe. Et pourtant, ce n’est pas entièrement vrai.

Savez-vous qu’il existe une maladie connue sous le nom de vampirisme clinique ? Les experts l’appellent également « syndrome de Renfield. » Contrairement à ce que l’on peut voir dans les films, les personnes atteintes de vampirismes ne sont pas des êtres venus d’outre-tombe. En fait, ce sont des gens comme vous et moi qui ingèrent du sang humain pour assouvir des besoins psychologiques.

Une illustration représentant une seringue
Image par janjf93 de Pixabay – image recadrée

Les gens souffrant de cette pathologie s’abreuvent de leur propre sang ou de celui d’autrui.

A lire aussi : Apparemment, les mites peuvent aussi être des vampires

Une pathologie rare

Le syndrome de Renfield doit son nom au personnage de l’œuvre de Bram Stoker. Cette pathologie est assez rare. Et de nombreux facteurs peuvent en être à l’origine. Dans un premier temps, on a le vampirisme clinique qui est causé par l’excitation à la vue et à la consommation du sang. Les chercheurs évoquent dans ce cas-ci une paraphilie.

Il existe aussi des cas de vampirisme cliniques qui sont liés à des troubles psychologiques. Des experts ont rapporté que le syndrome de Renfield se manifestait parfois durant des épisodes de psychoses, liés notamment à la schizophrénie. On peut aussi le retrouver chez les personnes souffrant de troubles identitaires.

A lire aussi : Quand un kit anti-vampires se retrouve aux enchères

Les stades du vampirisme clinique

Le vampirisme clinique est réparti en 4 catégories. Pour commencer, on retrouve le vampirisme complet. Cette forme de la pathologie est probablement la pire. Elle inclut de la nécrophilie, du nécrosadisme et bien sûr l’ingestion de sang.

Nous avons également l’autovampirisme. Le patient atteint de cette forme de vampirisme s’abreuve de son propre sang après un saignement autoprovoqué. Ensuite, on retrouve le vampirisme sans nécrophilie et la nécrophilie et le nécrosadisme sans ingestion de sang.

Il est à noter qu’il y a 4 stades de vampirisme. Le premier stade peut survenir à l’enfance lorsque le sujet ressent une excitation à la vue du sang. Par la suite, cela peut évoluer vers l’autovampirisme. Le troisième stade correspond à la zoophagie qui est la consommation d’animaux vivants pour boire leur sang. Et enfin au quatrième stade, on retrouve le vampirisme clinique qui est l’ingestion de sang humain.