Revenge Porn : un homme de 39 ans vient de prendre un an ferme

La justice française ne plaisante pas avec le Revenge Porn. Un homme de 39 ans vient effectivement d’être condamné à une peine d’emprisonnement d’un an ferme par le tribunal de Metz. Il avait mis en ligne des photos dénudées de son ex-femme sans son consentement. Oui et il n’avait d’ailleurs pas fait les choses à moitié, si vous voulez tout savoir. Loin de là, même.

Le phénomène n’est pas nouveau et il est même né dans les années 80 avec le magazine Hustler. La publication avait effectivement lancé à l’époque une rubrique mensuelle baptisée Beaver Hunt. Elle présentait des images de femmes nues soumises par les lecteurs de la publication.

Revenge Porn Metz

Un homme a été condamné à un an ferme pour avoir publié des photos coquines mettant en scène son ex-femme.

L’affaire avait fait beaucoup de bruit à l’époque et cela n’a rien de surprenant car ces images s’accompagnaient de plusieurs informations sur la femme. Comme ses fantasmes ou même, parfois, son nom.

Le Revenge Porn est né dans les années 80

Mais voilà, le truc c’est qu’elles n’avaient pas forcément donné leur accord pour apparaître dans cette rubrique et Hustler a été poursuivi plusieurs fois à cause de ça.

Il a fallu attendre les années 2000 pour que le Revenge Porn prenne de l’ampleur. Des photos et des vidéos ont commencé à apparaître dans certains groupes Usenet et puis ensuite sur des plateformes spécialisées comme Xtube.

Les géants du web se sont beaucoup mobilisés ces dernières années pour tenter d’enrayer le phénomène. Reddit a pris des mesures drastiques au début de l’année et il a été depuis rejoint par Google et même par Microsoft.

Mais revenons-en plutôt à ce fait divers.

Comme indiqué un peu plus haut, le tribunal de la ville de Metz a condamné au début de la semaine un homme à un an de prison ferme pour avoir publié des photos intimes de son ex-femme sur le web.

Il a commencé par diffuser ces images sur des blogs et sur des sites, avant de les partager sur les réseaux sociaux. Il a même été jusqu’à publier des photos très suggestives sur la page Facebook du lycée où enseigne la victime.

La femme a d’ailleurs du s’en expliquer auprès du proviseur et des parents d’élèves.

L’homme aurait pu en rester là mais il a aussi inscrit son ex-femme sur une quinzaine de sites échangistes, en publiant son adresse et son numéro de téléphone personnel.

En plus de sa peine, l’homme devra verser 10 000 euros de dommages et intérêt à son ancienne épouse… et 1 000 euros à chacun de ses trois enfants.

Via

Mots-clés revenge pornweb