Rien ne va plus pour WhatsApp en Argentine

WhatsApp fait incontestablement partie des services de messagerie les plus utilisés dans le monde. En Argentine, par exemple, plus de trois quarts des téléphones portables du pays sont munis de cette application. Les Argentins utilisant cette application comme principal outil de communication, loin devant les SMS ou les appels classiques.

Toutefois, cette situation est actuellement devenue problématique. En effet, WhatsApp souhaite mettre à jour sa politique de confidentialité. Mais les aspects touchés par cette modification ont éveillé les soupçons de l’agence argentine de protection des données.

Photo d’Alexander Shatov – Unsplash.com

Cette dernière a alors ouvert une enquête sur les intentions de WhatsApp et de sa maison mère Facebook, avec le soutien du gouvernement argentin, nous rapporte RFI.

Avec sa mise à jour, WhatsApp partagera nos métadonnées avec Facebook et Instagram

En effet, le gouvernement argentin a ordonné à la filiale de WhatsApp dans le pays de suspendre la mise à jour de la politique de confidentialité jusqu’à la fin de cette enquête, ou d’accorder un délai de six mois.

Mais si l’agence argentine de protection des données a tilté face à la mise à jour que compte faire WhatsApp, c’est parce que cette mise à jour consiste dans un premier temps à permettre aux utilisateurs de communiquer avec des entreprises via WhatsApp.

Si ce premier point ne soulève pas d’objection, c’est le second point qui est controversé. La mise à jour permettrait effectivement aux entreprises d’utiliser ces informations pour optimiser leurs publicités et leurs services. Cela sous-entend que WhatsApp se donnera ainsi le droit de partager davantage d’informations avec Facebook et Instagram, qui appartiennent au même groupe.

Qu’est-ce que cela implique ?

Il faut souligner que même si tous les messages et conversations WhatsApp resteront cryptés et non-accessibles par Facebook, ce dernier pourra toujours accéder aux métadonnées. Cela comprend les numéros de téléphone, l’heure d’envoi du message, la localisation et la marque du téléphone utilisé, etc. Tout ceci à des fins publicitaires et commerciales. Mais il y a pire.

En effet, si on refuse la mise à jour de WhatsApp, celui-ci deviendra peu à peu inutilisable. Tout d’abord, la liste des conversations nous sera inaccessible et on ne pourra répondre qu’au message dont on sera notifié à la réception. Après quelques semaines sans mise à jour, il ne sera plus possible ni d’effectuer des appels, ni d’envoyer des messages.

Le gouvernement argentin voit en cette manœuvre de WhatsApp et Facebook, un abus de position dominante étant donné qu’il serait difficile pour les Argentins de se priver de cette application. Seuls, les Européens sont protégés contre l’accès de Facebook aux métadonnées grâce au Règlement général de protection des données (RGPD). A savoir que d’autres pays ont également lancé une enquête sur WhatsApp et Facebook comme les Etats-Unis, l’Inde, le Brésil et l’Allemagne.  

Mots-clés whatsapp