RoboBee, le robot-insecte capable de voler et de nager

En 2003, l’équipe de Yufeng Chen de l’Institut Wyss de l’université d’Harvard a créé un robot-insecte de la taille d’une abeille capable de voler nommé RoboBee aux États-Unis. C’est le plus petit drone aérien jamais créé par l’homme. Cette année, l’équipe a amélioré le robot de sorte qu’il puisse non seulement voler mais également plonger et nager dans l’eau.

Le premier prototype de RoboBee a été conçu en douze ans tandis que ce second prototype a pris jusqu’à quinze ans pour être au point. Cette première version était déjà un grand exploit. Pakpong Chirarattananon, coauteur de l’étude, a annoncé avant son premier vol : « J’étais tellement excité que je ne pouvais pas dormir. »

RoboBee

Ce tout nouveau Robobee pèse 175 milligrammes. Il est aussi à l’aise dans l’eau que dans les airs. Cela fait de lui un robot unique en son genre.

Un robot ultraléger

Les scientifiques de l’unité John A. Paulson School of Engineering and Applied Sciences de l’université de Harvard ont affirmé que « ce micro robot pesant cent soixante-quinze milligrammes est mille fois plus léger que n’importe lequel de ses prédécesseurs capables d’aller dans les airs et dans l’eau. »

De par son poids ultra léger, il n’est pas dans la possibilité de transporter son carburant. Il le fabrique donc grâce à un système permettant de transformer l’eau en oxygène et en hydrogène lorsqu’il nage.

Un grand défi scientifique

La conception de ce nouveau RoboBee était un challenge pour les chercheurs de l’université de Harvard. Dans l’eau, il est obligé de battre des ailes neuf fois par seconde afin que ses ailes ne se brisent pas sous la pression. Ce risque augmente lorsque le robot s’apprête à sortir de l’eau.

Pour résoudre ce problème, les scientifiques ont inventé un système ingénieux. De l’eau pénètre dans un compartiment de RoboBee. Cette eau se transforme ensuite en gaz sous l’effet de l’électrolyse. Les ailes sont ainsi dégagées hors de l’eau et le robot se retrouve propulsé sur la surface.

En plein envol, le robot insecte peut aller très vite puisque sa fréquence de battements d’ailes se situe entre 220 à 300 par seconde. Avec des telles caractéristiques, RoboBee attire bien de convoitises.

Mots-clés robotiquerobots