Un chercheur iranien spécialisé dans le nucléaire assassiné par un robot tueur ?

Le vendredi 27 novembre 2020, un scientifique nucléaire de haut niveau du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) a été assassiné, nous rapporte TNW. Cet assassinat n’a pas été perpétré par des tueurs à gages mais par une intelligence artificielle.

Plus précisément, le scientifique, qui s’appelait Mohsen Fakhrizadeh voyageait avec sa femme, un garde du corps et onze militaires dans un convoi à l’extérieur de Téhéran quand ils furent suivis et rattrapés par une camionnette Nissan sur laquelle étaient montée une mitrailleuse alimentée par l’IA.

Image par StockSnap de Pixabay
Image par StockSnap de Pixabay 

Apparemment, la mitrailleuse a ouvert le feu dès qu’elle fut assez proche du convoi et, quelques minutes plus tard, la camionnette explosa.

Un assassinat…à distance

Le commandant adjoint du CGRI, Ali Fadavi, a confirmé dans un rapport de l’agence de presse Tasnim qu’aucun tueur à gages n’était présent sur les lieux de l’attaque. L’agence de presse a pu récolter comme informations sur l’assassinat que la mitrailleuse équipée d’un « système intelligent commandé par satellite » et installée sur le pick-up avait tiré un total de 13 coups dans l’attaque.

Le rapport souligne également que « le système intelligent contrôlant la mitrailleuse s’était concentré sur Fakhrizadeh » et que selon le commandant, « le but de l’explosion de la camionnette chargée d’armes à feu était de tuer les 11 militaires du CGRI accompagnant le scientifique ».

Israël et Donald Trump seraient-ils derrière cette attaque ?

Le gouvernement iranien et Ali Fadavi soutiennent ainsi que cette attaque a été totalement effectuée à distance. Cela implique que soit, la camionnette Nissan avait été commandée à distance par un humain, soit elle a été conduite de manière autonome par l’IA.

Si ces suppositions sont avérées, cela signifie qu’il existe une organisation terroriste ou un gouvernement étranger capable de transformer un véhicule civil en une arme qu’il peut télécommander pour mener des attaques à distance.

Jusqu’ici, les soupçons sur l’auteur de cette attaque se porte sur le gouvernement israélien, qui n’a pour le moment ni infirmé ni confirmé ces accusations. Par ailleurs, des rumeurs vont également bon train sur le fait que le président américain Donald Trump aurait approuvé et même financé cette attaque. Rappelons effectivement que le numéro un américain a ordonné en janvier 2020 l’assassinat du général de l’IRGC, Qasem Soleiman. Mais pour l’heure, ce ne sont que des suppositions et peut-être qu’on connaîtra bientôt la vérité sur cette histoire.